Frôce Info FM

En Frôce, les télévisions et les radios contribuent à l'exercice de la démocratie et à la liberté d'expression. Publiques comme privées, les différentes chaînes et stations ne manquent pas d'imagination pour divertir ou informer le public.


Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 21 oct. 2017, 16:00

Image

Jean Zveri nommé Ministre de la Santé et de la Protection Sociale

La Chancelière a limogé Anaïs Bérenger et a nommé à sa place Jean Zveri au ministère de la Santé et de la Protection Sociale. Le président du MESS entre donc au gouvernement.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 21 oct. 2017, 19:13

Patrice Delcourt a écrit :
21 oct. 2017, 16:00
Image

Interview de Julien Citron

Vous êtes au cœur de la crise entre Norijo et la Métropole, regrettez-vous votre attitude envers le marquis ?

Il est vrai que des tas de choses me séparent du marquis. Il exerce sa fonction à vie, moi je ne suis que dans mon ministère dans un temps limité, il est fortuné, je ne suis qu’un homme politique qui a d’abord vécu d’un métier avant de tirer mes revenus de mes fonctions politiques, il incarne la justice norijienne, j’ai une vision parfois trop métropolitaine de la justice.
Si je me suis ouvertement opposé au Marquis c’était pour défendre des causes qui me paraissaient justes mais qui ne correspondent visiblement pas aux us et coutumes du Marquisat Autonome de Norijo. Sur le forme je regrette mes diatribes parfois violentes envers Norijo et le Marquis. Sur le fond je ne pense pas que mes opinions vont changer tout de suite. Il est néanmoins nécessaire de mettre fin à cet affrontement puéril et je tends la main à Son Altesse Sérénissime pour enterrer la hache de guerre entre nous deux. La Frôce ne peut pas se permettre d’avoir un gouvernement fédéral en conflit avec un marquis, un gouverneur et même un maire d’une grande ville.

Que pensez-vous du référendum d’indépendance ? Vous sentez-vous coupable ?

Non je ne me sens pas coupable. Même si le gouvernement fédéral est entré dernièrement dans un rapport de force contestable avec Norijo, je pense que ce référendum est une erreur. C’est à nous de nous mettre autour d’une table et de négocier. Je suis pour ma part prêt à faire des efforts pour apaiser la situation en n’exprimant plus mes opinions personnelles sur Norijo publiquement. Il me semble important de revenir au respect de la souveraineté de chacun. Le gouvernement fédéral n’intervient plus dans les affaires du Marquisat et le Marquisat fait de même en retrouvant sa neutralité vis-à-vis du gouvernement fédéral.
Le référendum restant consultatif, j’appelle toutes les parties à négocier pour que le Marquis se sente considéré et soit rassuré afin qu’il ne procède pas à une déclaration d’indépendance.

Cet épisode remet-il en cause votre présence au gouvernement ?

Non. J’ai dit en devenant ministre que je ne renonçais pas à ma parole et que le jour où on me forçait à me taire je démissionnerais. Or la situation est loin d’être comme cela au Gouvernement et je pense y avoir encore toute ma place. Les seules choses qui poseraient question sur ma présence au gouvernement serait un désaveu à l’Assemblée Fédérale à l’image de monsieur Zimmerman. A partir du moment où la représentation nationale désavoue de manière cinglante un ministre le message est clair, il doit partir. Si cela se produit avec moi j’irai retrouver ma liberté, exercer mes fonctions de maire à plein temps et me consacrer à mon parti.

Que contiendra la réforme fiscale ?

La réforme fiscale va permettre de mettre en place une imposition plus progressive et donc plus juste. Plus on est riche plus on contribue en payant une proportion d’impôts plus importante que les moins aisés. Cela fonctionnera aussi pour les entreprises car nous considérons que les petites et moyennes entreprises doivent être soulagé d’un poids fiscal difficile à supporter. Les baisses d’impôts plus la meilleure accessibilité au crédit induite par la baisse des taux directeurs va permettre une hausse rapide de l’investissement. Tout cela va contribuer à accentuer notre croissance et à créer des emplois.
Le budget fédéral de l’année 90 qui va en découler va permettre un financement accru dans le domaine de la défense pour faire face au risque terroristes. Nous allons également lutter contre la désertification médicale en allouant des fonds supplémentaires au secteur de la santé. Enfin, je confirme que le gouvernement va bel et bien solder la dette d’Antsiranana qui s’élève à 1 milliard de pluzins environ. Le programme d’aide a été une bénédiction pour la province mais cela a également contribué à l’endetter très fortement. Il s’agit de la seule province endettée à l’heure actuelle et il est donc normal que le gouvernement fédéral intervienne comme il l’aurait fait pour n’importe quelle autre province dans une situation similaire.
Nous souhaitons également renforcer le rôle du Vice-Chancelier qui est amené à exercer des fonctions importantes comme la coopération inter-régionale. Le budget allouera désormais 50 millions de Pluzins par an à la Vice-Chancellerie pour financer les frais de voyage, l’entretien de l’Hôtel de Broglie et les missions liées à la coopération inter-régionale.

Le mouvement social semble s’essouffler, êtes-vous satisfait ?

Je ne peux pas me réjouir de voir une partie de la population inquiète de ma politique. Tout d’abord il est parfois bon de rappeler que les classes populaires et moyennes sont épargnées, vous entendez ? C’est la première fois depuis très longtemps que le gouvernement demande aux plus riches de faire plus d’efforts. La règle doit être que chacun doit contribuer à hauteur de ses moyens et c’est l’idée que nous promouvons avec ce budget fédéral tout en considérant que la première tranche a plus intérêt à mettre son argent dans l’investissement plutôt que dans l’impôt. Les bénéfices de l’investissements sont bien plus importants que ceux de l’impôt à moyen terme.
J’espère que ceux qui craignaient de voir leur pouvoir d’achat s’effondrer parmi les classes les moins aisées sont rassurées.

Le MESS entre dans la majorité, que cela vous inspire-t-il ?

Jean Zveri est un homme de qualité. Il sort d’une guerre interne très violente au MESS qui a vu ses deux premiers présidents chuter de manière spectaculaire. En entrant dans la majorité, le MESS prouve qu’il est finalement un parti compatible avec la Gauche sociale. Nous savons que des divergences existent entre l’UPP et le MESS mais un rapprochement est une excellente nouvelle pour toute la Gauche.
Le départ d’Anaïs Bérenger est dû à des raisons personnelles et je veux saluer la force de ses convictions. Aujourd’hui toute la gauche est réunie et c’est la principale chose à retenir.





Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 21 oct. 2017, 20:29

Image

ALERTE INFO: Démission du Gouvernement de Transalpie

Dans un communiqué, le gouverneur de Transalpie Bern Wölfli annonce la dissolution du gouvernement transalpien. Il pointe le nouveau positionnement politique d'une composante de sa majorité sans préciser laquelle.
Le Gouverneur annonce renoncer également à ses fonctions et convoque de facto une nouvelle élection du gouverneur.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 22 oct. 2017, 23:13

Image

Intrusion dans le lycée Hugo Solerne: le fils Citron impliqué

Julien Citron s'est adressé aux caméras et a annoncé que son fils était le responsable du désordre dans le lycée. Accompagné d'un groupe d'antifascistes et des camarades à lui, ils ont séquestré le proviseur pour le forcer à démissionner.
Des élèves du lycée les ont empêché de fuir et ont été blessés lors d'une rixe contre les malfaiteurs. Le ministre fédéral a témoigné de sa tristesse devant les caméras et s'est dit prêt à démissionner si la Chancelière jugeait que l'intégrité du gouvernement était menacée par les diverses affaires qu'il a suscité ces dernières semaines.
Thomas Citron sera vraisemblablement envoyé dans un internat, loin d'Etchegorda. Les élèves blessés seront eux décorés par le maire pour leur bravoure.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 24 oct. 2017, 21:28

Image

Alerte INFO: L'Imperatore va s'exprimer à la télévision ce soir

Sa Majesté Impériale Vittorio a fait savoir qu'il s'exprimerait devant ses sujets ce soir à la télé frôceuse. Le Palais d'Anthelme a refusé de préciser la teneur de l'intervention qui restera donc secrète jusqu'au dernier moment.
Les journalistes sur place évoquent une intervention en rapport avec la situation à Antsiranana qui se dégrade à cause de la peste.
Les rumeurs font aussi état d'un scénario moins probable, l'abdication de l'Imperatore. Rien ne permet de le confirmer pour l'instant mais la prise de parole de l'Imperatore est un moment rare et fort.
Plus d'informations après l'allocution de Sa Majesté.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 24 oct. 2017, 21:41

Image

L'Imperatore s'engage contre la peste d'Antsiranana

Sa Majesté Impériale Vittorio a tenu a apporter son soutien aux antsiranais qui sont victimes de la peste. Il a déclaré mettre à disposition le budget alloué à la maison impériale, son avion personnel et son salaire.
Il a appelé à la préservation de la cohésion nationale tout en apportant son soutien au gouvernement fédéral et à la province d'Antsiranana dans la gestion de la crise.
Il s'agit indéniablement d'un appel au calme et à l'union pour faire face à ce fléau. La prestation de l'Imperatore devrait être unanimement saluée.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 24 oct. 2017, 22:18

Patrice Delcourt a écrit :
24 oct. 2017, 21:41
Image

Arrivée de la cargaison de chocolat du marquis à Antsiranana

On nous informe à l'instant que le port de Libertalia vient de recevoir la cargaison de pièces dorées en chocolat qu'a envoyé le marquis de Norijo à Antsiranana dans son immense générosité. Ne sachant pas que faire de ce stock monstrueux, les habitants se sont rués sur la cargaison et ont pris des pièces par poignées pour goûter au chocolat, denrée parfois rare qu'ils n'ont pas l'habitude de consommer sur l'île. Une prière de rue à la gloire du marquis a été donnée et une partie de la cargaison a été expédiée vers la région touchée par l'épidémie.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 02 nov. 2017, 18:51

Image

ALERTE INFO: Le Gouvernement fédéral quitte Aspen

Stupéfaction ce soir. Alors que la situation se tend à Aspen entre la maire et l'opposition de Gauche, Julien Citron a annoncé que son ministère quittait la capitale en raison des menaces qui pesaient sur lui et à cause de la campagne à grande échelle qui le met en cause dans la suppression généralisée des aides publiques de la municipalité. Le ministre a été suivi très rapidement par la Chancelière Suprême qui a décrété la délocalisation du Conseil des Ministres à Farellia, capitale de la Septimanie.
Cette situation est sans précédent dans notre histoire récente.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 04 nov. 2017, 01:03

Image

ALERTE INFO: Remaniement gouvernemental à Farellia

Le porte-parole du gouvernement s'est présenté sur le parvis de l'Hôtel de Ville de Farellia, siège provisoire du Gouvernement, pour annoncer la nouvelle composition du gouvernement.
Jean Zveri passe du Ministère de la Protection Sociale au Ministère de la Justice et du Renseignement en remplacement de Philippe Richard, ministre démissionnaire.
Romane Macé, porte-parole de l'UPP est promue comme ministre de la Protection Sociale. Victor Karlsson, Aurore Lacroix-Valmont et Julien Citron restent solidement ancrés au Gouvernement.
Les passations de pouvoir auront lieu demain sous le ciel bleu de Farellia.



Avatar du membre
Patrice Delcourt
Journaliste
Messages : 78
Enregistré le : 28 juil. 2017, 09:51

Re: Frôce Info FM

Message par Patrice Delcourt » 04 nov. 2017, 15:57

Image

Émission spéciale: Crise politique

Patrice Delcourt: Bonjour chers auditeurs, aujourd'hui nous bousculons nos programmes pour évoquer la situation politique en Frôce qui se tend dangereusement et nous sommes en direct depuis Farellia. Pour rappel le gouvernement fédéral a fuit Aspen et s'est établi provisoirement à Farellia. Les dirigeants de Transalpie condamne la lâcheté de ce dernier et réclament son retour très rapidement. Un recours à la Cour Suprême a été déposé par le gouverneur de Transalpie Eduardo Belfort et Sara Tsila-Yahudit pour contraindre le gouvernement à revenir.
Je suis aujourd'hui avec notre spécialiste des questions politiques, Denis.
Première question Denis, quelle est la capitale de la Frôce ?

Denis: Il est vrai que la situation confuse amène à se poser la question puisque la capitale est par définition la ville dans laquelle est basée le gouvernement. Mais il faut voir les choses plus loin et regarder dans la Constitution qui précise que la capitale fédérale est sise à Aspen. Donc certes le gouvernement s'est délocalisé à Farellia mais la capitale reste Aspen. La situation présente ne peut donc être interprétée comme un abandon de la capitale fédérale puisque les institutions comme la Cour Suprême et l'Assemblée Fédérale y sont resté. De plus, la Chancellerie reste à l'Hôtel Belley et les services n'ont pas déserté. Il n'y a que le Ministère du Budget qui a totalement quitté Aspen pour s'installer provisoirement à Pastelac. Et là encore le terme employé par les services du ministère laisse à penser que la situation n'est que transitoire et qu'un retour à Aspen dans les plus brefs délais est envisagé. Donc non, Farellia n'est pas la nouvelle capitale et le siège du Gouvernement reste Aspen. A mon sens rien ne semble violer la Constitution puisque la Chancelière n'a fait que délocaliser le Conseil des Ministres dans une autre ville, ce qui n'est absolument pas prohibé par la Constitution. Nous verrons comment va aboutir le recours mais ce serait compliqué pour le Gouvernement si les dirigeants de Transalpie venaient à obtenir gain de cause. Je vois mal comment le Gouvernement pourrait se sortir haut la main de cette crise.

Patrice Delcourt: Et justement, que va-t-il se passer ensuite ?

Denis: Je crains le pire Patrice, honnêtement. Hier nous avons assisté devant les caméras à l'appel du Baron de Châteaurenard qui réclame la destitution du gouvernement. Eduardo Belfort a été désigné comme Chancelier légitime par une partie de la droite, ce qui n'est pas sans poser un gros problème. Ce dernier est de plus entré dans un rapport de force avec le Gouvernement fédéral en lançant un ultimatum de 48h au bout duquel il irait déposer une motion de censure à l'Assemblée Fédérale. En réalité cette menace reste faible pour le Gouvernement car la motion sera évidemment rejetée mais la fracture est réelle. La Chancelière a laissé entendre que les institutions étaient attaquées et a annoncé une riposte du gouvernement. Nous suivrons les annonces de la Chancelière dans les prochaines heures mais pour le moment je suis bien incapable de dire de quoi sera faite cette réponse aux autorités quasi-séditieuses de Transalpie.

Patrice Delcourt: Voyez-vous une sortie de crise salutaire ?

Denis: Je pense qu'il y a moyen que la crise soit résolue au plus vite et cette solution s'appelle Victor Karlsson. Le Vice-Chancelier a prouvé qu'il était capable de négocier avec talent. Il a réussi à négocier avec les milices indépendantistes d'Antsiranana et avec un Marquis de Norijo très remonté contre le Gouvernement fédéral. N'oublions pas que le Traité signé l'a été conjointement avec Eduardo Belfort. Monsieur Karlsson a donc les qualités requises pour aller discuter avec le Gouverneur de Transalpie. La question est de savoir si le Gouverneur de Transalpie veut dialoguer. A l'heure actuelle il semble engagé dans une vendetta contre le Gouvernement.
Néanmoins le Vice-Chancelier a une carte à jouer, celle de l'apaisement. Le fait de lancer un appel à négocier va renforcer sa stature et peu importe si on rejette son offre. C'est par ailleurs le seul membre du gouvernement qui s'est maintenu à Aspen et il a d'ailleurs montré qu'il continuait ses activités comme si de rien n'était. Je donne rarement mon opinion sur des hommes politiques mais le Vice-Chancelier force mon respect et a prouvé qu'il avait la stature d'un homme d’État malgré son très jeune âge. Il s'agit pour moi de la figure dominante du Gouvernement Ansaldi et il surpasse même la Chancelière. Nous suivrons néanmoins son attitude face aux futurs évènements mais nul doute qu'il joue son image et son influence.

Patrice Delcourt: Et quid des autres membres du gouvernement ?

Denis: La Chancelière d'abord. Alessandra Ansaldi a adopté un style assez original. Elle pose un cadre général, les ministres évoluent comme ils veulent dans ce cadre assez vaste. Ses apparitions médiatiques sont rares, sa parole est rare mais lorsque la situation le justifier, elle se montre prompte à réagir. On aime ou on aime pas mais donner plus d'espace à ses ministres fédéraux fait que ces derniers mettent plus facilement en avant leurs actions.
Et justement, nous avons la grande gueule du Gouvernement si vous me permettez, Julien Citron. Le Ministre du Budget est l'antithèse exacte de son collègue Victor Karlsson. Quand le premier met en avant les valeurs de la négociation, le second n'a pas la langue dans sa poche et ne mâche pas ses mots. Ses excès de franchises lui ont valu une mauvaise réputation à droite mais à gauche il reste très apprécié. Personne n'oubliera qu'il a lancé la crise entre la métropole et Norijo et que le premier à avoir quitté Aspen c'est lui. Son occupation de l'espace médiatique est néanmoins impeccable et il apparaît donc comme un spécialiste de la communication. A chaque fois il a justifié ses actions par la volonté de combattre les valeurs qu'il jugeait anti-démocratique. Pour Norijo il n'a eu de cesse de pointer une justice inéquitable d'un autre âge et pour Aspen il a accusé la maire de mettre en place un système d'Apartheid. Ses actions sont donc toujours motivées par des engagements et je tenais à le souligner. Si on l'avait contraint de trahir ses idéaux, je pense qu'il aurait préféré démissionner pour garder sa parole, il l'a d'ailleurs répété plusieurs fois.

Patrice Delcourt: Et nous recevons donc Julien Citron qui a accepté de venir sur notre plateau. Bonjour monsieur le Ministre.

Julien Citron: Bonjour !

Patrice Delcourt: Aujourd'hui le gouvernement est en exil, que pensez-vous de cette situation ?

Julien Citron: Je pense que personne ne voulait de cette situation. L'attitude des dirigeants de la Transalpie et d'Aspen mettent en danger les droits d'une partie de la population et permet la mise en place d'un véritable régime d'Apartheid. Les populations musulmanes font l'objet d'une surveillance sans précédent et on tente de réduire leurs droits de manière spectaculaire.
Je suis un homme de conviction et il était impossible pour moi de rester les bras croisés. Je suis donc allé à la Cour Suprême pour obtenir l'annulation du Certificat de Non-Musulmanie et j'ai eu gain de cause. La maire d'Aspen a en conséquence organisé une campagne de dénigrement inouï à mon encontre. J'ai été présenté comme le pourfendeur des aides sociales alors que l'annulation était bel et bien du ressort de la maire d'Aspen. Des panneaux publicitaires ont fleuri à mon encontre dans la capitale et à ce titre il m'était impossible de rester travailler à Aspen.
Mes adversaires ne me feront pas reculer, je continuerai à défendre les valeurs de l'égalité qui sont le socle de notre démocratie.

Patrice Declourt: Voyez-vous une issue à cette crise ?

Julien Citron: La campagne de dénigrement à Aspen doit cesser, les attaques contre la communauté musulmane doivent cesser, Aspen doit pouvoir retrouver la liberté de manifester. Le PLC croit pouvoir nous prendre en flagrant délit de violation de la Constitution mais la capitale fédérale reste à Aspen. Nous n'avons jamais considéré Farellia comme notre nouveau siège permanent. Le Gouvernement s'oppose à la situation à Aspen dont la traduction la plus concrète est l'attaque contre madame Martin qui est aujourd'hui hospitalisée pour avoir protesté pacifiquement. Si nous on viole la Constitution, et je n'en suis pas persuadé, le PLC la piétine et s’assoit dessus avec une insolence incroyable. Nous avons les institutions de notre côté et nous nous en servirons pour maintenir l'ordre et faire valoir les valeurs démocratiques qui fondent la Frôce.
J'ai pleinement confiance en Victor pour apaiser la situation à Aspen mais pour autant je crains que nos adversaires ne soient pas coopératifs. Cette attitude irresponsable va enfoncer le pays un peu plus dans la crise. J'appelle la droite à faire preuve de maturité et à dialoguer. Le gouvernement fédéral n'est pas fermé au dialogue, à commencer par moi qui ne veut que le retour à une situation où la démocratie est respectée et appliquée.

Patrice Delcourt: Et concernant Norijo, où en sont vos excuses publiques ?

Julien Citron: J'allais y venir monsieur Delcourt. Conformément au traité signé entre Norijo et la métropole je vais me plier à cet exercice en toute sincérité sur votre antenne. Je suis un homme de parole, j'ai accepté de formuler des excuses publiques et je m'y tiendrais donc.
Moi Julien Citron, présente solennellement des excuses au peuple de Norijo et à Son Altesse Sérénissime le Marquis Thomas de Kervern. Je jure de ne plus proférer d'insultes publiques à l'encontre de Norijo, de son peuple et de son Marquis. Je regrette la virulence de mes propos et les retire. Je salue la volonté du Marquis de faire évoluer la situation entre le gouvernement fédéral et Norijo. A l'avenir je me garderai d'exprimer publiquement mes opinions sur l'action du gouvernement de Norijo et en tant que membre du Gouvernement fédéral je promet de respecter la non ingérence garantie par le statut d'autonomie de Norijo inscrit dans la Constitution.

Patrice Delcourt: Merci monsieur le ministre pour votre intervention. Nous vous tiendrons informé, chers auditeurs, de la situation si elle était amenée à évoluer.





Répondre

Retourner vers « Télévisions & Radios »