Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Avatar du membre
Alessandra Ansaldi
Chancelier Suprême
Messages : 222
Enregistré le : 15 juin 2017, 22:08

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Alessandra Ansaldi » 12 juil. 2017, 12:50

Faites attention, monsieur Dowranl, vous rejetez le fait que les patrons aient des droits dignes des seigneurs du Moyen-âge sur leurs serfs, c'est bien la preuve que vous êtes un maoïste qui va organiser une grande famine puis massacrer une bonne partie de la population restante.
S'il y a une personne qui fait des procès d'intention injustifiés ici, c'est bien vous, monsieur Alves.

La fiscalité peut être revue sans en aboutir aux extrêmes du RPL, pour encourager le développement de l'économie réelle, nous prônons des modulations apportées à l'impôt sur les sociétés afin d'aider les entreprises qui investissent, car ce sont elles qui dynamisent notre économie et leur dynamisme se traduit par plus d'emploi. Nous compenserons cet ajustement par une hausse de la taxe sur les transactions financières, car l'économie de casino est ce qui pousse les dirigeants à être de moins en moins scrupuleux et de plus en plus à la recherche du profit maximal, peu importe le coût humain.

L'humain est au centre du projet solidariste, nous sommes tous reliés à un destin national, chaque individu est relié directement ou indirectement à tous les autres, il n'est pas d'individu inutile dans le projet solidariste, vous portez tous une valeur inestimable, ces liens doivent nous pousser à la solidarité, il est toujours un moment où on aura besoin de l'appui d'autres personnes, même les libertariens ont profité des infrastructures publiques dans leur passé.



Avatar du membre
Aritz Alves Alarcón
Vice-gouverneur
Messages : 425
Enregistré le : 14 juin 2017, 01:01

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Aritz Alves Alarcón » 12 juil. 2017, 14:25

Liste RPL :

L’unité qui s’exprime ce soir entre les différents protagonistes du système face au projet du RPL est tellement émouvante mais les bonnes choses ont une fin. Qu’il s’agisse de vous Mesdames Ansaldi et Ojeda ou même de vous, Monsieur Dowranl, vous tombez bien vite dans la caricature et c’est regrettable car ceux qui nous regardent veulent un débat sincère.

Chacun d’entre vous, à sa manière, entretient le mythe du service public et de la fiscalité assommante, belle esquisse du socialisme à l’européenne. Au fond, le service public sert de slogan aux politiciens comme vous alors qu’en réalité les services publics consistent en des monopoles étatiques qui servent surtout à maintenir des privilèges pour certains, au détriment de la grande majorité des consommateurs, quelle que soit leur classe sociale. Alors arrêtons les affabulations, ce n’est pas ce qu’attendent les citoyens.

Le RPL veut restaurer le libre choix des citoyens et supprimer les privilèges indus. Transports, médias, culture, santé : nous ne croyons pas au marché unique des services. Pour cela, nous remplacerons les postes de fonctionnaires par des contrats de droit privé hormis pour l’armée et l’Intérieur. Nous voulons les mêmes devoirs et les mêmes droits pour tout le monde.

On veut nous faire croire que l’emploi public apporte des garanties tant à ceux qui l’exercent qu’à la société. C’est faux : il n’y a pas plus mal payé et considéré qu’un fonctionnaire en Frôce, et pour ce qui est de la qualité du service public, on repassera.




Avatar du membre
Kévin Léonard
Messages : 230
Enregistré le : 24 juin 2017, 21:58

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Kévin Léonard » 12 juil. 2017, 15:08

Liste ARP :

Les problèmes économiques de la Frôce sont avant tout dus à la politique immigrationiste défendue par toute la caste politique traditionnelle.

Le débat de ce soir n’aurait même pas lieu d’être si nous n’avions pas accueilli chez nous des réfugiés de guerre sans en avoir les moyens. L’immigration, c’est le pillage des ressources nationales par des individus extérieurs. L’immigration, c’est le vol du travail des nationaux au profit de non-nationaux.

L’ARP rétablira la justice sociale pour les Frôceux exclusivement en améliorant les conditions de travail, en réduisant le temps de travail à 32 heures et en renforçant les droits des salariés dans les entreprises. Nous renverrons les migrants dans leurs canaux de fortune pour garantir que l’emploi en Frôce profite aux nationaux uniquement.

Les politiciens voyous que vous êtes sont les collaborateurs de la grande invasion. Il est inadmissible que des SDF frôceux errent dans nos rues tandis que derrière, on accueille des migrants par cargaisons entières.

Il faut avoir le sens des priorités. Celles de l’ARP sont la sécurité des concitoyens, l’emploi, l’ordre et la justice sociale.




Avatar du membre
Mats Maessen
Vice-gouverneur
Messages : 228
Enregistré le : 22 mai 2017, 20:54
Localisation : Farellia
Contact :

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Mats Maessen » 12 juil. 2017, 16:33

MARR :

Monsieur Alves, j'entends avec beaucoup de bonne surprise votre compassion soudaine pour les fonctionnaires mal payés. Je suppose que vous serez alors d'accord avec nous sur l'idée qu'il faut mieux rémunérer les fonctionnaires, et leur donner des conditions aussi favorables que dans le privé.
Ensuite, sur la qualité du service public, le calcul sera vite et bien fait. Pour qu'il y ait un service public de qualité, il faut y mettre les moyens. Et comme le but du service public n'est pas de gagner de l'argent, même s'il doit s'arranger pour être rentable quand cela est possible et raisonnable, un service public bien financé est une garantie pour que tous les citoyens puissent en bénéficier à hauteur de leurs besoins.
Le privé ne peut pas se substituer au public, car il n'a pas les mêmes objectifs. Donnez-lui les trains et les rails, et votre train ne passera plus dans votre village. Donnez-lui le courrier, et vous n'aurez votre courrier qu'une ou deux fois par semaine si vous n'habitez pas en ville. Donnez-lui les assurances maladie, et il vous laissera mourir au guichet de l'hôpital.

Le mythe du capitalisme vertueux a été dépassé il y a longtemps, il n'y a plus guère que les ultralibéraux pour croire encore à leur dogme assassin. Le rôle de l'État est de protéger les citoyens, et d'aligner leurs droits sur leurs besoins, pas de laisser les patrons décider.


Image
« La democràcia és un dret natural i un privilegi, però és sobretot una oportunitat. »
Max Mattinen, 19 mai 12


Avatar du membre
Aritz Alves Alarcón
Vice-gouverneur
Messages : 425
Enregistré le : 14 juin 2017, 01:01

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Aritz Alves Alarcón » 12 juil. 2017, 16:57

Liste RPL :

Monsieur Maessen, les fonctionnaires ont beau être méprisés en Frôce, cela ne signifie pas pour autant que l’herbe est plus verte dans le privé. La fiscalité frôceuse fait que de nombreuses entreprises souffrent de la conjoncture actuelle, rendant de facto les emplois précaires. Et je ne parle bien évidemment pas des multinationales cher monsieur, mais bien des plus petites structures. Intéressez-vous par exemple au barème de l’IS et vous comprendrez qu’en Frôce, le système d’imposition est pénalisant et injuste pour les TPE.

Le culte du service public, c’est un peu la carotte du socialisme. La fonction publique est un leurre car elle tend à faire croire aux citoyens qu’il existe un service gratuit et universel alors qu’en réalité il est non seulement inefficace, mais surtout financé en prenant dans leur poche. Aujourd’hui, ni fonctionnaires ni salariés du privé ne sont vernis en Frôce. Faire croire qu’il existe des privilèges dans le privé, c’est un peu fort de café. La vérité, c’est que les fonctionnaires souffrent d’une rémunération insuffisante et les salariés des conditions précaires créées par l’économie.

Le modèle social frôceux crée non seulement du chômage de masse, mais fabrique aussi des travailleurs pauvres. Nous simplifierons le Code du Travail quien est responsable. Pour donner davantage de flexibilité aux TPE et leur permettre de bénéficier d’une main d’œuvre proportionnelle à leur activité, nous mettrons en place le contrat zéro heure sur le modèle britannique.




Avatar du membre
Mats Maessen
Vice-gouverneur
Messages : 228
Enregistré le : 22 mai 2017, 20:54
Localisation : Farellia
Contact :

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Mats Maessen » 12 juil. 2017, 17:15

MARR :

Je ne fonctionne selon aucun culte, je laisse cela aux libéraux qui sont persuadés que le monde économique se régule tout seul comme par magie quand on laisse chacun faire ce qu'il veut.

Je ne pensais pas que vous oseriez nous ressortir le raisonnement grossier selon lequel on aura moins de chômage en supprimant des droits aux salariés. Cette idée n'a jamais marché nulle part. Au mieux, elle trompe les statistique en faisant croire que tout le monde est au travail, alors que tout le monde est en emploi précaire et a du mal à boucler les fins de mois.
La réalité, ce n'est pas que les salariés ont trop de droits. La réalité, c'est que la société a évolué, davantage que votre mythologie politique, et qu'il n'y a maintenant plus assez de travail pour tout le monde si on reste avec les règles actuelles héritées du XIXème siècle et insuffisamment actualisées.

Face à ce changement majeur dans le monde, que vous faites semblant de ne pas voir, il faut un changement majeur dans le modèle social. Et ce n'est évidemment pas dans la régression sociale qu'on trouvera la solution, cela est un raisonnement anachronique que je vous laisse volontiers.
L'histoire se dirige vers un nouveau système, et la raison nous dicte que le temps de travail doit être réparti entre tous les travailleurs, et qu'un revenu universel doit être mis en place.


Image
« La democràcia és un dret natural i un privilegi, però és sobretot una oportunitat. »
Max Mattinen, 19 mai 12


Avatar du membre
Aritz Alves Alarcón
Vice-gouverneur
Messages : 425
Enregistré le : 14 juin 2017, 01:01

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Aritz Alves Alarcón » 12 juil. 2017, 18:08

Liste RPL :

Vous caricaturez et interprétez comme cela vous arrange, vous feriez certainement un bon journaliste Monsieur Maessen.

Il n’est pas question de supprimer des droits à quiconque, au contraire nous voulons rétablir les libertés individuelles tout-en mettant nos entreprises dans les meilleures dispositions pour qu’elles puissent produire et créer de l’emploi.

Le contrat à zéro heure va dans ce sens. Il permet d’un côté aux TPE de bénéficier d’une main d’œuvre flexible et d’un autre côté stimule l’emploi de ceux qui ne souhaitent pas s’enfermer dans un contrat défini. C’est aussi la liberté de chacun de choisir entre contrat à durée indéterminée et contrat flexible. Au Royaume-Uni, le contrat à zéro heure a très largement stimulé l’emploi étudiant dans des secteurs qui d’habitude ne les emploient pas. Les étudiants ont besoin de souplesse et ce contrat leur apporte.

La mise en place du contrat à zéro heure va booster nos TPE et PME et mécaniquement apporter des bienfaits à notre économie. Pour aller plus loin, le RPL propose la suppression des tranches de l’IS pour instaurer un seul et unique taux d’imposition à 2% seulement pour les entreprises dont le CA dépasse les 20 millions de Pluzins. Encore un parpaing que nous allons délier du pied des entreprises de petite à moyenne taille et qui leur permettra de créer des emplois pour enfin développer leur activité.

Il n’y a pas de mythologie Monsieur Maessen. Juste du réalisme et l’intime croyance en la liberté qui vous est visiblement si peu chère.




Avatar du membre
Mats Maessen
Vice-gouverneur
Messages : 228
Enregistré le : 22 mai 2017, 20:54
Localisation : Farellia
Contact :

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Mats Maessen » 12 juil. 2017, 18:33

MARR :

Permettez-moi de traduire vos propos. Quand vous dites "rétablir les libertés individuelles", ça veut dire supprimer les protections sociales. Quand vous dites "flexible", ça veut dire précaire.
Vous tentez de me faire passer pour un ennemi de la liberté, poncif assez répandu chez les ultralibéraux. La vérité, c'est qu'il ne peut y avoir de liberté s'il n'y a pas d'égalité entre les individus. C'est un peu comme si je vous mettez face à une brute de 130 kilos que je vous disais qu'elle a la liberté de vous taper dessus tandis que vous avez la liberté de vous défendre.
Le rapport de force entre employeur et salarié est du même ordre. Leurs intérêts sont divergents, ils ont donc besoin de la loi pour se mettre d'accord de manière équitable.

Ensuite, vous me dites que les étudiants ont besoin de souplesse dans le monde du travail. Pour moi, les étudiants ont surtout besoin d'étudier sans être obligés d'avoir un emploi en même temps.
Enfin, et ce n'est pas par "intime croyance" que je dis ça, je continue d'affirmer que la destruction du droit du travail ne favorisera pas l'emploi à grande échelle, et ne favorisera pas les travailleurs. Par contre, l'évolution vers un revenu universel permettra de donner du sens aux emplois précaires inévitables, car chaque travailleur aura la sécurité financière suffisante pour supporter de vendre provisoirement sa force de travail à un employeur fragile.


Image
« La democràcia és un dret natural i un privilegi, però és sobretot una oportunitat. »
Max Mattinen, 19 mai 12


Avatar du membre
Claude Morvan
Député fédéral
Messages : 317
Enregistré le : 16 juin 2017, 10:52

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Claude Morvan » 12 juil. 2017, 21:16

Je suis résolument opposé au revenu universel, et je m'en explique. Le coeur de la gauche, celle qui a construit la protection sociale, c'est d'affirmer que travailler est à la fois un droit et un devoir. En effet, en travaillant, l'individu cotise et permet à ceux qui en ont besoin de vivre grâce aux minimas sociaux.

Affirmer un droit au revenu universel, c'est affirmer que travailler ou ne pas travailler est indifférent au vu de l'intérêt général, ce qui est résolument faux. Je connais suffisamment d'agriculteurs et d'ouvriers pour vous dire qu'ils supporteraient mal l'idée de payer à la place de personnes choisissant délibérément de ne pas travailler.
Pour autant, la question de l'emploi, de la précarité et des conditions de travail est prioritaire. Et c'est parce que je fais partie de la gauche du travail que je conteste la vision selon laquelle baisser les bras et salarier tout le monde nous sortirait d'affaires. Il faut au contraire relancer l'économie pour créer des emplois, car en effet, je crois toujours au plein emploi en Frôce et j'en suis fier. Il faut également créer un compte national pénibilité-formations permettant à chacun de changer d'emploi et d'évoluer aisément. Il est devenu très à la mode de considérer qu'il est autant valorisant de travailler que d'être payé à ne rien faire. Je ne fais pas partie de cette gauche des think-tank aspinois.


Député fédéral Terroirs & Solidarité | Ancien gouverneur de Tyrsénie | Ancien maire de Gagliano


Avatar du membre
Mats Maessen
Vice-gouverneur
Messages : 228
Enregistré le : 22 mai 2017, 20:54
Localisation : Farellia
Contact :

Re: Elections générales 88 : Débat sur l'économie

Message par Mats Maessen » 12 juil. 2017, 21:42

MARR :

Vous ne faites pas partie de la gauche des think-tanks aspinois. Tant mieux pour vous. Je me demande si vous faites partie de la gauche tout court, vu vos propos. Enfin, quand on voit la campagne que vous menez auprès des syndicats, je pense avoir déjà un début de réponse.

Pour commencer, soit vous n'avez rien compris à ce qu'était le revenu universel, ce qui est inquiétant pour un responsable politique de votre rang, soit vous faites semblant de ne pas comprendre pour mentir à nos concitoyens. Le revenu universel ne consiste pas à considérer que le travail ne sert à rien et qu'il ne doit pas être rémunéré. Chaque citoyen sera toujours libre de vendre sa force de travail, pour s'assurer des revenus supplémentaires au revenu universel. Mais il n'aura pas besoin de travailler à temps plein pour pouvoir payer sa nourriture et son loyer.

Ensuite, vous faites une mauvaise interprétation de ceux qui "choisissent de ne pas travailler". Quelqu'un qui travaille à temps partiel, est-ce par paresse partielle? Ou bien apporte-t-il moins à la société que ceux qui travaillent à temps plein? N'apporte-t-on à la société que par l'activité professionnelle? La réponse est évidemment non. Ceux qui travaillent à temps partiel organisent leur temps autrement, et apportent à la société en dehors de leur temps de travail.
Avec le revenu universel, ce n'est pas la fin du travail qui s'enclenche, mais le début du temps partiel pour tous.


Image
« La democràcia és un dret natural i un privilegi, però és sobretot una oportunitat. »
Max Mattinen, 19 mai 12


Répondre

Retourner vers « Commission Electorale »