Bienvenue en Frôce !

La discussion de préparation pour les prochaines élections générales aura lieu le samedi 9 juin à 21 h 30 sur le serveur Discord de la Frôce (salon élecitons frôceuses). N'hésitez pas à y contribuer.

Logo Facebook - Frôce

Image

[ASSEMBLEE FEDERALE] Questions au Gouvernement

Répondre
Avatar du membre
Jean Bournay
Ministre fédéral
Messages : 348
Enregistré le : 27 déc. 2017, 22:54

Re: [ASSEMBLEE FEDERALE] Questions au Gouvernement

Message par Jean Bournay » 12 juin 2018, 22:48

applaudissements soutenus dans les rangs des députés FCF


Orateur National du Front Communiste ☭

Ministre de la Santé et de la Protection Sociale
Député Fédéral
Député Provincial de Septimanie
Conseiller Municipal de Farellia

Avatar du membre
Victor Karlsson
Chancelier Suprême
Messages : 1068
Enregistré le : 24 juin 2017, 20:57
Localisation : Hôtel Belley, Aspen
Contact :

Re: [ASSEMBLEE FEDERALE] Questions au Gouvernement

Message par Victor Karlsson » 14 juin 2018, 21:18

Monsieur le Président de l'Assemblée Fédérale,
Mesdames et Messieurs les députés fédéraux,

Madame la députée Blum,

Je passe sur votre histoire d'homme à tout faire. Il est vrai de toute façon que de votre côté de l'hémicycle, vous n'en êtes pas à votre première sortie méprisante sur le personnel de maintenance. Que vous appréciez ou non M. Bournay en tant qu'individu, ce n'est pas mon problème.

Concernant son travail, sur ce que vous appelez des "élans communistes", je ne vois pas réellement ce que vous attendez de moi. La politique de mon gouvernement ne vous plaît peut-être pas, mais c'est celle que les Frôceux ont choisi et pour laquelle mes concitoyens m'ont témoignés d'une large confiance une première fois, avant de me reconduire dans mes fonctions avec le même enthousiasme. J'estime donc avoir la légitimité nécessaire pour mener la politique soutenue par la coalition de gauche sans avoir à réclamer l'aval de la droite.

Et permettez-moi de vous contredire sur un point. La Frôce n'est pas un régime communiste, mais ce n'est pas non plus un régime adepte du capitalisme à l'étatsunienne. Notre Constitution fait de notre pays une Fédération Sociale, et je suis heureux de pouvoir dire que mon gouvernement compte des membres conscients de cette réalité.

Concernant les positionnements politiques de mes ministres, j'aimerai mettre les choses au clair : la liberté d'expression dont chacun bénéficie dans notre pays profite également à mes ministres.
Comme membre de l'opposition dans un régime démocratique, vous êtes libres de critiquer le travail de mes ministres et de réclamer à tout va leurs démissions, tout comme eux sont libres de s'exprimer sur les actualités politiques. Je ne le cache pas, je ne suis pas toujours d'accord avec M. Bournay. Qu'il s'agisse de la façon de gérer la situation à l'usine Pegaso ou son opinion sur la consultation en Antsiranana, nous avons des désaccords. Mais il ne m'appartient pas néanmoins de lui imposer le point de vue qui est le mien.

Par ailleurs, ses opinions diverses sur les actualités en sa qualité de député fédéral et de citoyen n'impliquent pas la parole du gouvernement, dont j'ai la responsabilité. Pour autant, jusqu'à présent, ce que peut dire ou penser M. Bournay ne remet pas en cause le travail qu'il rend à la Protection Sociale.

Si toutefois M. Bournay, ou n'importe qui d'autre, venait par ses actions mettre en péril les intérêts de la Fédération, soyez assurée que je prendrais les mesures adéquates.
En ma qualité de chef de l'exécutif fédéral, la défense des intérêts de la Fédération dans son ensemble restera ma priorité.

Et oui, merci, je tiens mon gouvernement. Deux mandats à la Chancellerie et la coalition gouvernementale, malgré les désaccords, reste soudée et continue de travailler jusqu'au bout. Certains de votre côté de l'hémicycle auraient beaucoup à apprendre des gouvernements de gauche.



Monsieur le député Landreau,

Je suis évidemment sensible à tout ce que vous dites. Qu'un homme si jeune, de 5 ans mon aîné, perde espoir en notre système de protection, se résigne à se dire que la seule solution pour mettre fin aux horreurs dont il a été victime est la plus tragique et irréversible, ça ne laisse pas insensible.

Dans les plus brefs délais, un projet visant à reconnaître au plan national le syndrome d'épuisement professionnel comme maladie professionnelle sera soumis au CGD et à l'AF.
Dans le même temps, nous continuerons nos réformes sociales pour assurer la protection de tous les Frôceux. Il est passé le temps où il était acceptable que l'on puisse laisser des entreprises adeptes d'abus en tout genre pousser les travailleurs à littéralement se tuer au travail.
Maintenant, garantir la protection des travailleurs nécessitera également un travail de la part des provinces. Nous n'imposerons pas des politiques aux gouvernements provinciaux contre leur avis, mais nous attendons un minimum de bonne volonté de leur part - ce qui hélas, n'est pas encore le cas par endroit.
Mais des législations laxistes vis-à-vis des abus dans certaines provinces à celles plus solides et plus sociales dans d'autres, nous ferons le nécessaire pour assurer à chaque travailleur de vivre sainement et sereinement.

Je tiens d'ailleurs à saluer le travail de mon Ministre de la Protection Sociale et de son cabinet, qui ont toujours montré leur engagement en faveur des intérêts des travailleurs et en qui je place une grande confiance pour impliquer l'État fédéral dans la lutte pour des conditions de travail décentes. Je l'ai déjà dit et je le redis, la Fédération est sociale et là où certaines administrations provinciales préfèrent refuser d'écouter les revendications et renoncer, mon gouvernement œuvrera au mieux à la protection de tous les travailleurs.

Assurer la défense des intérêts de chaque Frôceux, pour garantir à chacun des conditions de vie et de travail dignes, ce n'est pas qu'une ligne politique de gauche. En tant que Chancelier Suprême, c'est mon devoir le plus sacré vis-à-vis de chaque citoyen de la Fédération.



Monsieur le député Von Bertha,

Je tiens d'abord à vous remercier concernant l'élection de la Frôce au Conseil de Sécurité des Nations Unies. Nous pouvons être fiers du travail que nous avons accompli au sein de la diplomatie et nous espérons permettre par cette élection faire entendre la voix d'une Frôce profondément pacifiste et plus largement, la voix des nations indépendantes, aujourd'hui écrasés par le poids des puissances impérialistes au Conseil de Sécurité.

Concernant l'Aquarius, la Frôce se sera proposé pour accueillir le convoi et ses occupants. Le choix ayant été fait à la première offre présentée, l'Espagne a finalement pris en charge le navire. Cependant, une note a été envoyée au gouvernement espagnol pour lui signifier le soutien de la Frôce et l'assistance que nous sommes prêts à leur apporter pour venir en aide aux migrants - et si l'accueil par le Royaume d'Espagne venait à être compromis, j'ai assuré que nous serons prêts à prendre en charge les occupants de l'Aquarius.
Pour l'Aquarius comme pour les expéditions humanitaires futures, la Frôce tâchera toujours d'apporter le soutien nécessaire pour garantir la sécurité de chacun et l'accueil de ceux dont les conventions internationales nous rendent responsables.

Et là-dessus, la question des convois humanitaires qui circulent dans la Méditerranée est évidemment un point crucial sur ce sujet. Les violences d'extrême droite sur le territoire sont un risque pour ces bénévoles qui donnent de leurs personnes pour venir en aide à des personnes dans le besoin - on a déjà vu des associations européennes d'extrême droite rassembler des fonds pour empêcher le travail de ces associations de bénévoles et condamner ainsi les migrants aux dangers de la traversée, ce qui n'est d'ailleurs pas loin de s'apparenter à une forme de piraterie idéologique.
Avec le Ministre de la Justice, nous continuerons notre travail de lutte contre les groupuscules antimigrants violents, et en travail avec le Ministre de la Défense, nous mettrons en place un dispositif afin de garantir la sécurité de tous ceux qui traversent nos eaux territoriales et d'assurer que ceux qui leur viennent en aide puissent le faire sans entrave.

Sur la Tyrsènie, la position de l'honorable député fédéral et très honorable Premier Vice-Gouverneur de Tyrsènie laisse perplexe. Pourquoi la Tyrsènie ne s'est-elle pas proposer pour accueillir les migrants de l'Aquarius ? Parce que le gouvernement provincial dont vous faites partie n'en a pas exprimé le souhait. Et le PARM qui nous permettrait de planifier un accueil à ses migrants n'est pas en vigueur en Tyrsènie. Étant Chancelier Suprême de la Fédération et vous Vice-Gouverneur de Tyrsènie, ce n'est pas à moi de décider sur cette question.

Concernant l'accueil en lui-même, nous ne faiblirons pas. La montée du fascisme et des ligues xénophobes d'extrême droite n'est pas un prétexte pour renoncer à nos engagements, contrairement à ce que certains semblent dire. Le PARM se maintiendra dans les provinces où il a été adopté et garantira ses droits fondamentaux à chaque personne qui foulera notre territoire à la recherche d'un lieu pour vivre en paix.


Et avant de finir, puisque nous parlons du PARM, j'en profite pour annoncer qu'un plan est prévu afin de venir en aide aux municipalités qui ne seraient pas dans la capacité de répondre à leurs obligations vis-à-vis du PARM. Je le présenterai plus en détails lors d'une conférence conjointe avec la Vice-Chancelière.

Je regrette sincérement que les localités ne se soient pas davantage investis au moment de l'élaboration du projet pour discuter des questions de financement - tout comme je regrette de ne pas avoir présenté plus tôt le projet de financement, sur lequel je travaille depuis un moment maintenant. Mais à présent, il faut passer outre les erreurs de chacun. L'État fédéral mettra sa part pour assurer le fonctionnement du projet, nous attendons également des gestes de la part des municipalités et des provinces, je m'en porte garant. Le temps est venu d'aller de l'avant, de ne pas s'enfermer dans l'opposition dogmatique et de penser aux vies que nous sauverons grâce à ce projet.

Mesdames et messieurs les députés, je vous remercie pour votre écoute.



Ah et au fait, s'il y a un président ici, j'aimerai qu'il m'explique pourquoi la député Reyes est en ce moment en train de se rouler par terre au milieu de l'hémicycle sans que ça ne semble choquer personne. Il est vraiment languide, le visage de l'opposition.



oui

Chancelier Suprême de la Fédération de Frôce et de Madagascar
Premier Secrétaire Fédéral de l'Union Pour le Progrès

2ème Gouverneur de Catalogne
Ancien Maire de Pastelac

Prince dans une dimension parallèle
Biographie | Pluzin | Résidence


Répondre

Retourner vers « Débats »