Nous sommes sous la Xème législature. Période de jeu : 01/10/099 au 31/12/100.
Bienvenue en Frôce !

Image

Discours inaugural du Chancelier Suprême Victor Karlsson - Mars 92

Avatar du membre
Victor Karlsson-Marshall
Contact :
Localisation : Casarastra, Catalogne
Messages : 1192
Enregistré le : 24 juin 2017, 20:57

Discours inaugural du Chancelier Suprême Victor Karlsson - Mars 92

14 mars 2018, 12:06

Image


Discours inaugural du Chancelier Suprême Victor Karlsson
Mars 92
_____


Mesdames, messieurs, mes chers concitoyens frôceux,

Je tiens d'abord à vous remercier, pour m'avoir accordé votre confiance en me portant à la Chancellerie Suprême de notre Fédération. Je mesure pleinement l'immense privilège qui m'échoit de pouvoir ainsi servir notre pays et de porter toutes les responsabilités qui en découlent vis à vis de chacun d’entre vous.
Aux élections générales, fédérales comme locales, et dans un contexte politique très tendu, vous avez choisi de porter au pouvoir une large coalition de l'ensemble des forces de gauche, avec plus de détermination et plus d'unité que jamais dans l'histoire de ce pays.
Cette large confiance de mes concitoyens restera le plus grand honneur qui m'eut été fait et demeurera à la base de tout mon engagement pour mener notre pays au cours de la prochaine année.

La Chancellerie, le Conseil des Ministres et les directions de cabinet se sont déjà mis au travail sur notre feuille de route et sur l'élaboration des premiers textes de lois qui seront soumis à l'Assemblée Fédérale en fin de semaine. Je l'annonce d'office : nous ne ferons pas de promesse d'une cadence dont la teneur peut être irrégulière en raisons d'événements extérieurs.
Mais nous nous engageons à une chose : l'action, concrète et réfléchie.

Le gouvernement fédéral s'impliquera profondément dans le bon fonctionnement des affaires de l'État à tous les niveaux. Cette implication passe par le renforcement d'un dialogue en confiance mutuelle entre l'État fédéral et les administrations locales : nous donnerons les moyens et l'opportunité à la coopération interrégionale, menée par M. Mataró, de jouer pleinement son rôle dans le fonctionnement de la Fédération.
J'ai toujours défendu cette position selon laquelle la cohésion fédérale est un domaine dans lequel il est nécessaire d'investir toutes les forces nécessaires. Ayant été moi-même à cette charge en tant que Vice-Chancelier de l'administration Ansaldi, je suis parfaitement conscient de l'importance qu'il y a pour le pays à assurer la cohésion au sein de la Fédération et les bénéfices qu'il y a à tirer pour chacun du dialogue et de la compréhension des intérêts mutuels.
Nous avons tant à accomplir en travaillant de concert qu'en travaillant les uns contre les autres. Le dialogue plutôt que l'affrontement a toujours été mon mode de fonctionnement, je renouvelle mon vœu de m'y tenir.

Cette ligne de l'action se poursuivra par le dynamisme de notre ligne diplomatique : nos ambitions à l'internationale sont nombreuses et au cours de notre présence au gouvernement, nous aurons à cœur de les développer et de les valoriser. Ma première visite d'État aura lieu en France, à Paris, conjointement avec le ministère de la Diplomatie, dans le but d'ouvrir le dialogue sur nos intérêts, culturels, scientifiques, éducatifs et économiques, auprès du gouvernement du Président Macron comme auprès d'organisations européennes et internationales, basées dans la capitale française, dont nous rencontrerons les représentants.
La première de ces organisations auxquelles nous souhaitons permettre la participation de notre pays est la Francophonie, à laquelle nous n'avons que très peu eu recours. D'ici quelques dizaines d'années, l'Afrique sera le premier foyer de la langue française au monde et valoriser ce lien culturel, permanent et profond, est un investissement sur le long terme majeur, pour nos relations avec les pays d'Afrique et les pays francophones de façon générale, en tant qu'états mais aussi en tant que nations amies, qui partageons, par cette racine culturelle, une histoire et une destinée communes.
L'Afrique et la Francophonie n'est qu'un des fronts que nous ouvrirons dans notre expansion de nos rapports diplomatiques dans le monde. Nous continuerons naturellement notre coopération avec le CIPNA, mais nous ouvrirons aussi la voix à une coopération régionale, en Europe, en Méditerranée et en Afrique du Sud-Est. N'oublions pas que le littoral frôceux est le premier de Méditerranée, que nous sommes à la frontière de 5 puissances européennes. Nous nous engagerons donc sur ce plan, aux côtés de pays et d'institutions européennes et méditerranéennes dédiés à la coopération scientifique et éducative, pour mettre en avant ce que nous avons en commun et ce que nous avons à partager avec les autres. Notre diplomatie valorisera cette place privilégiée que nous occupons sur la scène des grandes nations et qui a tant de bénéfices à apporter à notre pays.

Dans le domaine de la sécurité, si nous valorisons de même une coordination diplomatique avec les états et institutions rencontrant les mêmes objectifs que nous, nous ne pouvons pas mettre de côté la nécessité de renforcer la sécurité intérieure avec les moyens à notre disposition.
Nous travaillons, avec le Ministre de la Justice M. Zveri, à une réorganisation prioritaire des forces de police de tout le pays et à la mise en place d'un code de déontologie de la police fédérale, en coopération, nous l'espérons, avec les différentes administrations provinciales. Nous mettrons de même en place une Direction Fédérale chargée de coordonner et de définir les orientations en matière de sécurité intérieure.
Nous poursuivrons également la remise à niveau des établissements pénitentiaires, tout en favorisant le développement des peines alternatives à la prison. Nous nous opposons à toute mesure qui favoriserait une justice de facilité plus économe. La justice est une institution primordiale et son fonctionnement est essentiel pour une démocratie. Aussi, si nous poursuivrons cette politique de rénovation des pénitenciers, nous investirons plus largement dans une augmentation des moyens de la justice pour permettre de gérer de potentielles surcharges des tribunaux et garantir à chacun le droit à une justice pleine et équitable.

Nous réformerons également le domaine militaire : le prochain livret blanc de la Défense reprendra les réformes menées jusque-là depuis la gouvernance d'Alessandra Ansaldi et inclura aussi la mise en place d'une cyber-armée. Nous adapter aux nouvelles menaces qui peuvent survenir en usant des nouvelles technologies est essentiel dans un monde en évolution permanente, et nous avons déjà perdu trop de temps à écouter des solutions factices de luttes contre ces menaces. Nous ne tomberons pas dans le piège de la facilité. Notre politique sécuritaire sera réfléchie et maîtrisée.

Concernant notre politique économique, il en ira de même.
Bien sûr, cela n'a pas échappé, nous avons décidé, vu la conjoncture actuelle et l'instabilité économique, le gel de l'impôt sur le bénéfice des sociétés. Nous attendons toutefois le respect de nos lois en vigueur, et nous demeurerons parfaitement intraitables dans les cas d'abus. Aussi, nous renforcerons la lutte contre les fraudes, qui a laissé passer trop d'irrégularités au cours de la précédente mandature.
Mais notre politique ne se limitera évidemment pas à la répression des fraudes : nous avons choisi d'orienter notre politique économique prioritairement vers d'importantes réformes, bancaires et monétaires notamment, menées par le Ministre du Budget Fédéral et de la Politique Monétaire, M. Citron.
Nous nous engagerons également à des réformes aux côtés d'entreprises dans des domaines essentiels au fonctionnement du pays. Nous répondrons aux attentes dans le domaine des transports notamment, par la réforme interne de grandes entreprises de transports telles que la SNTF, aujourd'hui détenue à 100% par l'État et dont le statut déficitaire nuit à la préservation et au développement du ferroviaire de Frôce.
Pour le reste, nous nous inscrirons dans la continuité de la politique menée de 89 à 90. La précédente coalition de gauche auxquels nous avions participé s'était engagée à mettre en place un organisme en charge de la recherche d'héritiers afin de limiter les pertes de patrimoines familiaux, si cela n'avait hélas pas pu se faire à l'époque, nous nous donnerons cette fois tous les moyens pour concrétiser cette mesure au plus vite.

Nous miserons également sur une revalorisation des moyens qui seront consacrés à la protection sociale et à la santé, afin de permettre à l'État fédéral d'assurer entièrement sa responsabilité vis-à-vis de chacun. Cela passera par une réorganisation de la sécurité sociale sur lequel le gouvernement a déjà entamé le travail.
La protection et la défense des intérêts primordiaux des travailleurs sera également au coeur de notre projet : nous réalignerons et abaisserons l'âge de départ à la retraite, et nous légiférerons par ailleurs pour un statut spécial des travaux pénibles, afin de protéger les travailleurs les plus exposés aux risques de leur métier.
Mais notre engagement se traduira aussi par la mise en place de fonds de solidarité destinés à aider les personnes les plus en difficulté, ceux qui sont sans logement, sans ressources, dans le besoin d'une façon plus générale. De surcroît, en accord avec nos partenaires diplomatiques régionaux et en coordonnant les efforts dans les provinces, nous mettrons une place une politique d'accueil humaine et solidaire vis-à-vis des migrants. Montrons au monde notre foi en les droits humains fondamentaux avant les peurs irrationnelles qui motivent aujourd'hui hélas les politiques d'accueil de certains de nos voisins. Rappelons que nous croyons en la démocratie, en le respect de chacun et en la solidarité.

Mes chers concitoyens, frôceux d'ici et d'ailleurs, je réaffirme aujourd'hui que je n'ai qu'un vœu pour notre pays : celui de sa réussite.
Nous nous y engagerons à vos côtés, et je vous fais une promesse : votre gouvernement ne vous laissera pas tomber. Nous ne vous laisserons pas tomber.
Vous nous avez accordé votre confiance, et nous nous en montrerons dignes.

Au cours de mon investiture, j'ai fait devant le Président de la Cour Suprême le serment solennel de respecter et défendre notre Constitution et nos institutions, je fais maintenant devant vous, chères frôceuses, chers frôceux, le serment de servir et de protéger, au meilleur de mes aptitudes, les intérêts du peuple de Frôce, de notre Fédération et de notre démocratie.

Vive la Fédération et vive la Frôce !



Les questions de la presse seront à poser ici.





Père, Époux, Chancelier Suprême, Citoyen.
Co-président-fondateur de The European LGBT Foundation


4ème Chancelier Suprême de la Fédération de Frôce et de Madagascar (92-94)
2ème Gouverneur de Catalogne (90-92)
3ème Président de l'Assemblée Fédérale (91-92)
2ème Vice-Chancelier de la Fédération (89-90)
Ancien Maire de Pastelac
Prince dans une dimension parallèle
Biographie | Pluzin | Résidence

Retourner vers « Salon Mays Madarjeen - Presse »