Bienvenue en Frôce !

La campagne électorale bat son plein ! Pour vous y retrouver, voici, un petit sommaire : Logo Facebook - Frôce

Image

Frôce Info FM

En Frôce, les télévisions et les radios contribuent à l'exercice de la démocratie et à la liberté d'expression. Publiques comme privées, les différentes chaînes et stations ne manquent pas d'imagination pour divertir ou informer le public.


Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

28 mai 2018, 20:27

Image

Installation des nouveaux responsables à leurs postes

Au lendemain d'élections fédérales historiques qui ont vu la réélection du Chancelier Victor Karlsson, les nouvelles personnalités choisies par les Frôceux investissent peu à peu leurs fonctions. Tour d'horizon.

A l'Assemblée Fédérale, Eduardo Belfort a réussi un retour fracassant en politique. Le soir des élections il annonce son retour en politique, le surlendemain il s'empare de la présidence de l'Assemblée Fédérale. Cependant une ombre au tableau vient entacher son élection. Le nombre de vote exprimés en sa faveur est nettement inférieur au nombre de votes blancs. 92 votes pour Eduardo Belfort contre 272 votes blancs. Les députés de gauche ont donc massivement refusé de voter, comme il est de coutume, pour un candidat issu des rangs de l'opposition. Il s'agit ici d'une première dans notre histoire fédérale mais cela n'empêchera pas l'ancien président du PLC de présider l'Assemblée Fédérale. L'opération de retour est malgré tout réussie et redoutablement efficace pour quelqu'un qui était mis aux marges de l'échiquier politique.

En Transalpie, le PLC poursuit également son ascension avec l'élection historique d'un gouverneur libéral-conservateur. Vincent de Salvo remporte l'élection du gouverneur avec 132 voix contre 75 pour Valentin Ravolo, le nouveau ministre fédéral des Renseignements et de la Justice. Le nouveau gouverneur a reçu, outre se famille politique, les soutiens de La République et du Rassemblement pour la Liberté. Ce soutien est assez étonnant et mérite de s'interroger sur les intentions du RPL car jusqu'à maintenant ce parti était résolument opposé à la ligne libérale-conservatrice. Mais face à la droite sociale incarnée par le PAS, ne serait-ce pas justement le bon ordre des chose ?

En Catalogne, le gouverneur Enrique Mataro ne souffre d'aucune contestation et est reconduit avec 137 voix contre 54 pour Camila Alvarez Puig et 5 pour Marjorie Lollichon. Le gouverneur issu de l'UPP a obtenu le soutien de la CUL et du MAMA. La nomination du gouvernement est attendue dans les prochains jours et tout l'enjeu est de savoir qui aura la part belle au sein de cette nouvelle administration.

En Septimanie, l'indéboulonnable Anastasia Mendoza Ojeda a été réélue avec 124 voix contre 43 pour Mats Maessen et 23 pour Jean Bournay. Toutefois, la plus ancienne gouverneure toujours en fonction a pris la décision de faire fi des rivalités politique à gauche. Mats Maessen et Jean Bournay ont en effet été nommés vice-gouverneurs de Septimanie. Céline Braud qui avait pris la décision de retirer sa candidature au poste de gouverneur devient également vice-gouverneure aux côté d'Esteban Belmonte, le nouveau ministre fédéral du Budget et d'Aritz Alves Alarcon. Cette équipe rassemblée aura pour but de gouverner la Septimanie sous forme collégiale, ce qui signifie que chaque membre du gouvernement septiman est en mesure d'agir sur n'importe quelle compétence provinciale. Le temps des tensions semble donc révolu.

En Tyrsénie, si Olivier Brimont remporte haut-la-main le scrutin avec 136 voix face à Amandine Smith qui en récolte 64 et Alex Baldouin 11, le climat est bien plus délétère. L'UPP a promis d'incarner une opposition intransigeante, ce à quoi le PAS a répondu par des critiques sur les compétences d'Amandine Smith. L'assimilation de son expérience à celle des femmes de ménage à provoqué une polémique qui a pointé le manque de respect et le mépris des nouveaux dirigeants de Tyrsénie pour cette profession. Une manifestation est par ailleurs prévue à Pastelac demain pour protester contre ces propos et soutenir les femmes de ménage. Sont attendus bien évidemment des femmes de ménage mais aussi des responsables politiques de l'UPP.

A Antsiranana, Julia Blum est largement réélue avec 144 voix contre son opposant Louis Ralaivao, ayant reçu 59 voix et bien décidé à faire renaître la frange dure de l'autonomisme antsiranais. Il s'est d'ailleurs distingué à l'Assemblée Fédérale lors d'une interpellation sur le sort de sa province en direction du gouvernement. Un soutien venu des rangs de l'UPP a appuyé sa démarche. Julien Citron a en effet été aperçu en train d'applaudir l'intervention du leader du FCF antsiranais. L'ancien ministre fédéral n'a donc pas renoncé à son combat pour accorder plus d'autonomie à Antsiranana, reste à voir comment sa posture sera perçue au sein de la majorité.

Et quel avenir pour l'UPP ? Victor Karlsson semble s'être résolu à passer la main à la tête du parti, désirant se consacrer pleinement à sa tâche de Chancelier. La date du passage de témoin n'est pas connue tout comme l'identité du successeur. La tenue d'un Congrès reste une possibilité tout comme la nomination d'une direction de transition chargée de préparer le prochain Congrès. Amandine Smith semblerait tenir la corde selon des rumeurs.
Rappelons que le Premier Secrétaire actuel est à la tête de l'UPP depuis l'année 88, soit depuis l'issue des élections qui avaient vu le sacre d'Alba Vittorini.



Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

28 mai 2018, 22:20

Image

Alerte Info: Louis Ravalaio appelle à manifester samedi contre Julia Blum

Info exclusive FIFM:

Les évènements semblent se précipiter à Antsiranana. Après avoir tenu un discours très critique sur la considération de la province d'Antsiranana par l’État fédéral, Louis Ravalaio décide de s'en prendre à la politique de Julia Blum.
Le chef de l'opposition Antsiranaise a par ailleurs reçu publiquement le soutien de Julien Citron qui appelle à une révision de la Constitution pour attribuer à Antsiranana le statut spécial que la population réclame depuis quelques années. L'ancien ministre devrait par ailleurs faire le déplacement et se tenir aux côtés de Louis Ravalaio selon des sources proches de son cabinet qui indiquent qu'il s'exprimera prochainement.




Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

31 mai 2018, 19:16

Image

Sondage FIFM: Le Chancelier au firmament (76,5%), son gouvernement fragile

Chers auditeurs, nous venons de recevoir les résultats du sondage menés par FIFM. Sans attendre, voici les résultats.
Nous allons tout de suite évoquer le gouvernement et notamment le Chancelier qui est de loin la personnalité politique préférée des Frôceux avec 76,5% de bonnes opinions. Un très large popularité qui tranche cependant avec celle du gouvernement qui atteint une moyenne de 48,6% en incluant la Vice-Chancelière et 44,9% en évaluant que les ministres. Il ressort que le gouvernement est coupé en deux. D'un part les ministres de la gauche radicale et altermondialiste que sont Jean Bournay, Valentin Ravolo et Esteban Belmonte. Les trois ministres obtiennent respectivement 41%, 39,2% et 38,3%. De l'autre part on trouve les représentants de l'UPP dont l'ex-Vice-Chancelier Enrique Mataro qui culmine à 61,2% et la dirigeante du MAMA, Maria Blum qui est à 63,5% de popularité. Le groupes des ministres de la gauche dure contre le club du Chancelier et de ses Vice-Chanceliers successifs, voilà qui laisse songeur...

Passons maintenant en revue les différentes formations politiques, à commencer par le PLC. Ce parti a réalisé un score historique aux fédérales et s'est emparé de la Transalpie. Son gouverneur, Vincent De Salvo déjoue les pronostics et se classe seconde personnalité préférée des Frôceux derrière le Chancelier avec 65,2% de bonnes opinions. Il s'agit d'un score inédit pour un membre du PLC.
Eduardo Belfort de son côté confirme son embellie dans l'opinion. Parti de très bas, l'ex-leader de PLC est aujourd'hui à 46,8% de bonnes opinions. Son retour est donc bel et bien réussi et il faudra compter sur lui à l'avenir.

Du côté du PAS, l'enthousiasme des citoyens semble bien moins fort. Charlotte Flechmann-De Kervern dispose 39% de bonnes opinions tandis que pour Olivier Brimont c'est 36,8% des gens qui ont une bonne opinion de lui.
Mais ce n'est pas seulement au PAS que des personnalités laissent de marbre les électeurs.
Pour la première fois l'UPP est le parti qui compte en son sein la personne la moins appréciée dans un sondage. Il s'agit donc d'Amandine Smith qui peine à atteindre 14,8% de bonnes opinions. Céline Braud peine à briller et ne dépasse pas 34,4% de bonnes opinions. Le tonitruant Julien Citron quant à lui parvient à limiter l'érosion de sa cote et se place à 47,2% de bonnes opinions. Le temps où les socialistes caracolaient en tête des sondages est donc révolu, l'UPP ne peut plus prétendre à son hégémonie dans l'opinion. Le départ de Victor Karlsson risque d'ouvrir de sombres perspectives.

Au MAMA, Aurore Lacroix-Valmont conserve une image globalement positive avec 52,6%. Mats Maessen stagne de son côté à 35,8% de bonnes opinions.
Du côté du centre, Karl Lacroix-Hanke reste également assez haut avec 60,7% de bonnes opinions. Cependant, Gabriel von Bertha ne parvient toujours pas à imprimer hors de Tyrsénie et reste bloqué à 31%, de nombreuses personnes ne se prononçant pas.
Julia Blum dispose d'un bon capital confiance avec 50,7% tout comme Anastasia Mendoza Ojeda avec ses 52,6% de bonnes opinions.

La principale leçon à retenir est que le Chancelier, le chef du PLC, la dirigeante du MAMA, le gouverneur de Catalogne et l'ancien leader du Centre Karl Lacroix-Hanke sont les véritables personnalités de premier en plan en Frôce à même de réunir les Frôceux derrière eux. L'avenir dira si leur hégémonie persiste...

Le classement complet:

Victor Karlsson: 76,5% (UPP)
Vincent De Salvo: 65,2% (PLC)
Maria Blum: 63,5% (MAMA)
Enrique Mataro: 61,2% (UPP)
Karl Lacroix-Hanke: 60,7% (SE)
Aurore Lacroix-Valmont: 52,6% (MAMA)
Anastasia Mendoza Ojeda: 52,6% (CUL)
Julia Blum: 50,7% (RPL)
Julien Citron: 47,2% (UPP)
Eduardo Belfort: 46,8% (PLC)
Jean Bournay: 41% (FCF)
Valentin Ravolo: 39,2% (MAMA)
Charlotte Flechmann De Kervern: 39% (PAS)
Esteban Belmonte: 38,3% (CUL)
Olivier Brimont: 36,8% (PAS)
Mats Maessen: 35,8% (MAMA)
Céline Braud: 34,4% (UPP)
Gabriel Von Bertha: 31% (ADF)
Amandine Smith: 14,8% (UPP)





Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

05 juin 2018, 20:33

Image

Alerte Info: Décès de l'ex-Chancelier Suprême Arthur Lubenac

La nouvelle est tombée ce soir.
Le fils d'Arthur Lubenac, Nicolas Lubenac a posté un texte sur Pluzin annonçant le décès de son père.
L'ancien Chancelier souffrait du syndrome de Creutzfeldt-Jakob et se savait déjà condamné.




Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

16 juin 2018, 11:44

Image

Interview de Julien Citron


-Bonjour à tous, aujourd'hui je reçois Julien Citron, député-maire d'Etchegorda et ministre de l'intérieur de Catalogne. Longtemps ministre fédéral des Finances, il a finalement été évincé du gouvernement Karlsson suite à son échec sur le projet de réforme d'entreprise. Aujourd'hui il est replié sur la Catalogne mais semble vouloir continuer à faire porter sa voix à gauche.
Monsieur Citron, bonjour !


-Bonjour madame Delcourt, quel plaisir de revenir dans ces locaux !

-Merci à vous. Commençons donc par un sujet qui marque l'actualité, les migrants. Cette question déchire la gauche et la droite, la Catalogne et la Tyrsénie et génère des violences de l'extrême-droite. Sans mesures de précaution, la situation risque de dégénérer d'autant plus que le PARM fait polémique. Que comptez-vous faire pour la Catalogne qui semble à l'avant-garde de l'accueil des migrants en Frôce ?

-La question des migrants déchire en effet toute l'Europe et la Frôce n'y échappe pas. Cependant en tant que véritable nation méditerranéenne nous devons prendre notre part. La Catalogne le fera mais pas sans s'assurer que cela se fera dans de bonnes conditions. La loi prévoit un migrant pour cent habitants dans les grandes villes. Nous nous en tiendrons à cela et cela fait donc 27 610 personnes à accueillir en Catalogne. J'annonce ici que ce chiffre correspond à la limite et que nous n'irons pas plus haut car cela constitue déjà un chiffre considérable. Une loi provinciale sera probablement faite pour appliquer le PARM en Catalogne. Une réunion avec les maires aura lieu car je ne veux pas que ce soit une mesure imposée en raison de l'importance du rôle des municipalités.
Je souhaite faire preuve de réalisme, oui nous pouvons accueillir du monde, mais pas tout le monde. Nous accueillerons donc jusqu'à 27 610 personnes et les communes seront accompagnées car le gouvernement provincial va réfléchir à la création de moyens supplémentaires pour aider les maires à prendre en charge les nouveaux arrivants. L'aide sera avant tout dirigée vers les villes de taille plus modeste comme Nobles-des-Prigors. Cette commune fait 22 512 habitants et devra donc accueillir 225 personnes maximum. Je sais que la maire de Nobles a fait état de son scepticisme, mon rôle sera de rassurer les maires frileux.

-Salusa a dit vouloir accueillir 10 000 migrants et vous souhaitez en rester à la limite imposée par la loi. Qu'en dites-vous ?

-Salusa n'accueillera pas 10 000 migrants. Avoir 7% de migrants dans sa population communale relève de l'inconscience la plus totale, il est impossible de fournir un tel effort sans créer une situation délétère. La loi fixera à Salusa la limite 1430 migrants comme le prévoit la proportion évoquée dans le PARM. J'appelle monsieur Coutem à faire preuve de réalisme et de revoir son objectif car il est évident qu'accueillir 10 000 migrants dans une ville c'est s'exposer à de potentiels dérapages de l'ordre public. Accueillir des migrants n'est jamais facile et dans une proportion si élevée, il est impossible d'espérer une situation calme et sereine. Le gouvernement provincial donnera en tout cas son veto si une commune souhaite dépasser les 1% de migrants dans la population municipale. Cependant si les maires le demande, un décret pourra relever de façon exceptionnel le seuil maximum autorisé jusqu'à 2 ou 3% mais guère plus.

-N'est-ce pas inédit d'avoir à Gauche un responsable politique qui ose dire qu'il faut encadrer l'accueil des migrants ? Parfois on en entend beaucoup de responsable de gauche prôner un angélisme sans limite dans l'accueil des migrants.

-Moi je ne suis pas de ces gens-là. J'entends la crainte de ceux qui ne veulent pas accueillir les migrants. Cependant je rejette la vision étriquée qui voudrait que les migrants doivent rentrer chez eux. Il faut accueillir les migrants c'est une certitude mais il ne faut pas le faire à l'aveuglette. Le faire comme certain le prônent c'est s'exposer à des situations dramatiques. Il faut de plus exiger une contrepartie des migrants qu'on accueille, notamment dans le comportement car une affaire impliquant un migrant aurait malheureusement un retentissement presque trop fort. A nous de chercher à limiter le risque de tels épisodes. Il y en aura probablement et j'assume le risque. Cependant, il faut refuser de tomber dans le piège de la généralisation à toute la communauté accueillie d'un acte commis par un seul individu. La justice s'appliquera pleinement pour les migrants accueillis et je suis favorable à l'emploi de l'expulsion en cas de comportement négatif répété. La Catalogne se mettra dans la position de ne pas subir ces arrivée et sera ferme dans le respect des lois.

-Passons donc au sujet suivant, le gouvernement. Jean Bournay est souvent contesté par la droite qui exige quotidiennement sa démission. Que pensez-vous de sa présence au gouvernement ?

-Monsieur Bournay est quelqu'un d'animé par ses passions. Il vit ses convictions avec une force incroyable, parfois dans l'extrême. Cependant je considère qu'avoir un ministre fédéral grande gueule est une bonne chose. Nous avons des gouverneurs grandes gueules qui défient constamment le gouvernement fédérale et l'autorité du chancelier. Que le berger réponde à la bergère c'est une bonne chose et je ne souhaite donc pas que monsieur Bournay quitte le gouvernement. Il nous faut des personnalités comme ça qui rappellent que le gouvernement fédéral est présent et sait réagir avec fermeté quand il le faut. Dans notre pays, le gouvernement fédéral cède trop souvent aux provinces. Je suis heureux de voir enfin quelqu'un qui ne lâche rien. Il ne faut pas céder aux injonctions des provinces sous le contrôle des partis opposés à la gauche, ils n'ont pas à demander la démission d'un ministre fédéral, il doivent rester à leur place. Imaginez si un ministre ou le Chancelier demandait la démission d'un gouverneur, ce serait un scandale énorme. Après il est vrai que je partage pas tout ce que dit le ministre mais dans la majorité de ses propos je partage ce qu'il dit. Je dis donc à Jean Bournay, tenez bon et ne changez rien !

-Que pensez-vous du Chancelier ?

-Victor Karlsson est mon ami et je suis fier de le voir où il est aujourd'hui. Lorsque je l'ai poussé à se présenter contre Teodore Lazarsky qui avait été un grand artisan de notre défaite en 88, je ne pensais pas qu'il arriverait à un tel niveau. Le chemin a été long c'est vrai. Nous étions au début un simple groupe d'opposition qui luttait en partie contre les mesure du gouvernement Vittorini. Nous avions déposé plein d'amendements constructifs et nous avons gagné en notoriété. Est venu ensuite la victoire de la gauche menée par Les Ecologistes !
C'est là que nous avons explosé. De simple député me voilà propulsé à maire d'Etchegorda et ministre fédéral du Budget. Victor est devenu Vice-Chancelier et nombre de ceux qui étaient là depuis 87, la fondation de l'UPP donc, sont entrés au gouvernement. La période Lubenac a sans doute été un ralentissement pour notre formation. L'UPP s'est mise en sommeil mais sans jamais perdre de vue la volonté de remporter les prochaines élections. Victor était d'ores et déjà une personnalité de premier plan en Frôce et sa popularité incroyable a créé une sorte de ferveur populaire autour de sa candidature. Faire 20% sous le régime fédéral qui accorde de la place à un grand nombre de formations politique c'est juste incroyable et l’œuvre d'une adhésion populaire à un personnage.
J'ai toujours été un peu l'homme de l'ombre, celui qui prenait les coups pour les autres mais au fond je suis fier du résultat. Nous avons été le premier parti à être reconduit et c'est quelque chose d'incroyable. Victor restera dans l'histoire comme l'un des plus grands dirigeants Frôceux, je crois même d'ici quelques années à une nostalgie des années Karlsson mais bon, là je me lance dans des paris hasardeux (rires).

-Le Chancelier a annoncé vouloir passer la main à l'UPP, comment voyez-vous l'avenir du parti ? Quel rôle voulez-vous jouer ?

-Je crois qu'après avoir remporté deux élections fédérales de suite, ce n'est pas remporter une troisième de suite qui compte. Il faut en effet se recentrer au niveau local. Conserver la Catalogne, récupérer des fiefs perdus, accentuer notre implantation en Transalpie et jouer les trouble-fête en Tyrsénie.
Le parti devra abandonner sa structure de gestion très verticale et se doter d'une structure horizontale. Ce qui a marché dans le passé ne marchera pas indéfiniment et je souhaite donc un parti qui joue l'équilibre entre le niveau local et le niveau fédéral.
Je ne sais pas si on est vraiment vouer à échouer aux prochaines élections mais notre but sera de toujours viser le top 3, quoi qu'il arrive. Remporter les fédérales restera évidemment un objectif fondamental mais le parti ne jettera plus toutes ses forces dans ce combat jusqu'à épuisement et sera de plus en plus porté au niveau local.
Nous devrons être la première force d'opposition si la droite revenait un jour au pouvoir, et ce jour arrivera car ce serait idiot de croire à une victoire indéfinie de la Gauche.
Il faut donc préparer l'avenir en gardant le contact avec la réalité, je ne veux pas d'un parti qui se jette corps et âme au niveau fédéral tout en oubliant les autres échelons. Ce serait risquer un sort désastreux, nous avons brisé la malédiction du parti sortant une fois, nous devons tout faire pour la briser une seconde fois.

-Vous voyez-vous Premier Secrétaire de l'UPP ?

-Le Congrès aura bientôt lieu et il promet d'accueillir un grand nombre de candidatures. Une véritable élection interne va se jouer et chaque candidat présentera SA vision de l'avenir du parti. Je vous ai livré la mienne et si j'en ai l'opportunité j'irai la défendre. Je ne vise pas la direction du parti pour faire joli et mettre une ligne de plus à mon palmarès ? Non, moi j'arrive avec mes idées, ma vision et c'est à prendre ou à laisser. Je suis convaincu que ce que je porte convaincra de nombreuses personnes. Pour une fois il ne faut pas briser la continuité parce que tout va mal, mais justement parce que ça va trop bien. Longtemps, la ligne du parti a été la conquête du pouvoir fédéral avant toute chose. Cet objectif a été doublement atteint, et à partir de là nous devons réviser notre fonctionnement, notre approche des élection générales, notre programme même car dès lors qu'on a exercé le pouvoir deux fois, on prend de la maturité. La jeune UPP c'est terminé, nous sommes aujourd'hui un parti de gouvernement et un parti très implanté localement.

-Merci monsieur Citron !






Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

18 juin 2018, 22:25

Image

Adrien Landreau rejoint aussi la course: La succession de Victor Karlsson à la tête de l'UPP est lancée !

Chers auditeurs, les choses commencent à se débloquer à l'UPP. Selon nos informations, Adrien Landreau va se lancer dans la course pour le poste de Premier Secrétaire après les annonces de Julien Citron et de Julien Coutem. Cela porte donc à trois le nombre de candidats pour prendre la suite de l'emblématique Premier Secrétaire.
C'est donc une véritable bataille de succession qui s'ouvre au sein du premier parti de Frôce. Nous allons discuter ce soir de l'élection qui s'annonce. Pour cela, notre spécialiste des questions politiques Richard Lano nous a rejoint.

-Bonsoir Richard, que dire de cette situation, s'achemine-t-on vers une véritable guerre de succession ?

-Bonsoir chère Jeanne. Eh bien on se dirige bel et bien vers une véritable élection interne comme on en a jamais vu depuis des années au sein d'un parti car comme vous le savez, les autres partis élisent un chef incontesté avec des scores compris entre 60% et 98% à l'image de Gabriel Von Bertha dernièrement à la tête de l'ADF. Ici on est en présence de plusieurs cadres qui tentent d'occuper le vide imposé par le départ du chef incontesté du parti. Rendez-vous compte, Victor Karlsson dirige l'UPP depuis déjà près de six ans. Une page se tourne donc et cette page est bien lourde.

-Le casting des candidatures, s'il n'est sans doute pas définitif, s'allonge d'heure en heure, c'est du jamais vu pour un parti depuis l'inauguration du système fédéral.

-Oui, mais en même temps être Premier Secrétaire de l'UPP aujourd'hui c'est devenir le chef du plus gros parti de Frôce et se mettre en position de peser sur le gouvernement fédéral. L'occasion est trop bonne pour se redorer le blason à l'image de Julien Citron ou de se faire une notoriété sur le plan fédéral comme Julien Coutem et Adrien Landreau. L'élection qui va se jouer est très forte en enjeu car la personne qui va l'emporter deviendra l'une des personnalités politiques les plus influentes de notre pays, au moins jusqu'au terme du gouvernement actuel. Il est très difficile de dire ce qu'il va ressortir de tout ça mais à mon avis on risque quand même de se diriger vers un duel Landreau-Citron.
Adrien Landreau et Julien Citron ont presque le même âge soit 40 et 42 ans respectivement. L'un est avocat de profession, l'autre un universitaire engagé. Julien Citron a certes été ministre mais il a toujours été dans l'ombre de Victor Karlsson, Adrien Landreau de son côté sort de l'ombre et incarne une aile plus à gauche que celle de Julien Citron.

-Ah bon ? Vous ne le trouvez pas assez à gauche ?

-L'épisode sur la réforme des transports reste vivace, c'est bien cela qui lui a coûté sa place au gouvernement et il ne tient plus le même discours radical qu'à ses débuts. Il se recentre donc sur une Gauche modérée mais bel et bien de Gauche. Adrien Landreau quant à lui serait bien plus compatible avec la frange communiste de la Gauche. Il revendique ses origines ouvrières et fait de son statut de "fils d'ouvrier" une étiquette personnelle. Toute la question est de savoir si l'UPP décide d'adopter une ligne de Gauche modérée ou plus radicale. Concernant Julien Coutem, n'oublions pas qu'il comparait en commission de discipline pour ses propos sur les migrants. Il sera sans doute compliqué pour lui de gagner mais sa voix peut porter et il peut se placer comme cadre incontournable du parti.

-Que savons-nous du mode de scrutin choisi par l'UPP ?

-Chose inédite, le Premier Secrétaire sera choisi au scrutin majoritaire à deux tours. C'est à dire que si aucun n'atteint plus de 50% des voix au premier tour, les deux premiers se retrouveront en ballotage. Or plus le nombre de candidat augmente plus les chances de ballotages grimpent. Nous sommes déjà à 3 candidats mais vous verrez qu'on va grimper au moins jusqu'à 4.

-Et Victor Karlsson dans tout ça ?

-Le Chancelier semble vouloir rester en retrait de ces affaires internes au parti. Personne ne sait et ne saura probablement qui il va soutenir.

-Merci Richard. J'en profite pour annoncer que Frôce Info FM et Frôce 2 vont s'associer pour couvrir la campagne à la tête de l'UPP. Un débat devrait avoir lieu et nous recevrons les candidats les uns après les autres.
Voilà, bonne soirée à vous chers auditeurs !


Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

18 juin 2018, 22:34

Image

[UPP] Romane Macé candidate: Le nombre de candidats grimpe à 4 !

Chers auditeurs, la situation a évolué depuis notre dernier flash. Romane Macé, l'ex-ministre fédérale de la Santé et Maire de Chouchenn est candidate au poste de Premier Secrétaire.
Voici donc la liste des candidats actuellement:
-Julien Citron
-Julien Coutem
-Adrien Landreau
-Romane Macé


Avatar du membre
Jeanne Delcourt
Journaliste
Messages : 16
Enregistré le : 08 mars 2018, 20:42

Re: Frôce Info FM

19 juin 2018, 21:44

Image

Tensions à l'Assemblée Fédérale

Alors que la matinée a été ponctuée d'interventions successives contre le projet de loi de Jean Bournay pour la reconnaissance de la dépression au travail, le député ADF Gabriel Von Bertha a décidé de dépasser le conflit et de faire une contre-proposition de loi fédérale portant sur l'épuisement au travail. Le texte vient à contrepied de celui du ministre et essaie d'être plus précis.
Coup de théâtre, des députés UPP ont participé à l'élaboration du texte dont Julien Citron qui avait réclamé un texte plus clair et axé sur la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle.
Le PAS a d'ores et déjà affiché son soutien au texte par l’intermédiaire de Charlotte Flechmann-De Kervern.


Retourner vers « Télévisions & Radios »