Bienvenue en Frôce !

Logo Facebook - Frôce

Image

Asami®

En version numérique ou papier, les journaux frôceux ont encore un bel avenir devant eux. Les kiosques sont toujours aussi nombreux.


Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Asami®

21 déc. 2017, 20:26

Image

Asami® est un site web et un journal hebdomadaire d'infodivertissement destiné principalement aux 15-25 ans. Il a été fondé en décembre 090 par Norifumi Kagoshima, et son siège est basé à Uzarie, en Septimanie.

Ce média se veut objectif, non-partisan, fun et décalé. Il se finance entièrement par le marketing de contenu et le native advertising.



L'entrevue parfaite
- Victor Karlsson, le 23/12/090
- Olivier Brimont, le 24/12/090
- Patrice Delcourt, le 26/12/090
- Eliott Marshall, le 26/12/090
- Charlotte Lamrabet, le 11/01/091
- Louis-Damien Lacroix de Beaufoy, le 10/04/092



L'investigation poussée
- Mais qui êtes-vous, Vincent de Salvo ? (24/12/090)
- C'est quoi ce bordel au sein de la droite frôceuse ? (08/03/092)


Stoned Stories
- #1 Aritz Alves Alarcón (17/02/091)


L'interview sans concession
- #1 Thomas De Kervern (05/04/092)
- #2 Paulina Díez Macias (20/04/092)
- #3 Aritz Alves Alarcón (26/04/092)
- #4 Clara Álvarez Puig (29/05/093)
- #5 Vincent De Salvo (09/08/094)
- #6 Julien Citron (10/08/094)



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

23 déc. 2017, 01:06

Image

Image

L'entrevue parfaite avec... Victor Karlsson

L'interview #Hashtag

#LubenacChancelier
Ce fut très serré. Mais bravo à lui. Il a su mettre à son profit la défaite des autres partis de gauche et la forte présence parlementaire des partis de droite.Maintenant, j'espère qu'il n'ira pas s'entêter dans l'idéologique au risque de remettre en cause les avancées qu'il y a eu sous la précédente mandature. Qu'il n'oublie pas qu'il n'a pas que son propre électorat à gouverner - et le cas échéant, nous serons là pour le lui rappeler.

#BalanceTonPorc
Il était temps. Que les personnes abusées puissent enfin se sentir libres de témoigner contre leurs agresseurs est une bonne nouvelle, mais délivre également un constat inquiétant quant à l'état de notre société. Qu'il y ait des actes, et que les mentalités et la justice commencent enfin à évoluer.

#Karlssonmania
Quand on voit ça, forcément, ça fait plaisir de savoir qu'on est soutenu, surtout quand on porte un projet comme le mien. Alors à tous ceux qui me supportent, à tous ceux sur qui je sais que je peux compter, je tiens à dire merci et... préparez-vous, ce n'est que le début. rire

#FoodPorn
Un grand croque madame, des croquettes de poulet au fromage, un grand plat de poutine, du pain perdu aux fruits rouges et au sirop d'érable et un gâteau au fromage au caramel et aux Oreos.


Le 2 Fast, 2 Curious

Poutine ou Fève au lard ?
Poutine, sans hésiter.

Beyoncé ou Rihanna ?
Rihanna.

Daton ou Marshall ?
J'ai aimé Matt, profondément, et je ne l'oublierai jamais. Mais aujourd'hui mon cœur est à Eliott et c'est avec lui que je compte faire ma vie. Marshall, donc.

String ou moule-bite ?
Jockstrap. Plus confortable.

Boire on Conduire ?
L'un ou l'autre, en bonne compagnie, ça me gêne pas. Mais jamais en même temps.

Steve Jobs ou Blowjobs ?
Blowjobs, évidemment.



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

24 déc. 2017, 14:50

Image

Image

L'entrevue parfaite avec... Olivier Brimont

L'interview #Hashtag

#BrimontGouverneur
Cela n'a duré que quelques semaines et pourtant je suis fier que la dynamique que j'ai créé. La Tyrsènie est une magnifique province, au potentiel énorme. Avoir été à sa tête m'a permis de mettre en avant des projets novateurs. J'ai beaucoup apprécié cette expérience et je vous cache pas que j'aurais aimé continuer. Mais je me dis que je peux être utile autrement et je serais enchanté d'aider Gabriel von Bertha pour la réussite de notre Tyrsènie ! Il a su générer une véritable dynamique derrière lui, nous allons unir nos force pour le bien des tyrsèniens ! Préparez-vous, parce qu'on est remontés à blocs et plein d'ambitions !

#JDCJDR
Haha ! Hum voyons... Le MPD a pulvérisé la campagne de com de Delcourt et de Belfort. #JDCJDR

#MPDGénérales
Une belle victoire ! Qui nous a conduit à devenir le premier parti de Frôce et de pouvoir enfin tourner la page du socialisme ! Une magnifique campagne, menée tambours battants ! Personnellement, ça a été pour moi un véritable privilège que de travailler auprès des militants et d'arriver à cet exploit !

#Love
Ma femme. Elle est l'amour de ma vie et la personne qui compte le plus pour moi. Je crois que la taille de notre famille, ça se voit ! Haha ! Je trouve important, qu'un homme dans sa vie, ait quelqu'un à qui s'ancrer, se raccrocher. Eglantine est la meilleure personne qu'il m'ait été donné de connaître. C'est avec elle que je finirais mes jours, j'en suis intimement convaincu. Je suis chanceux de connaître l'amour avec un grand A.


Le 2 Fast, 2 Curious

Delcourt ou Flotain ?
Je me demande combien l'UPP a demandé à ses militants pour payer la carte de journaliste de Delcourt. Quant à Flotain, je dirais qu'il a au moins le mérite d'être plus indépendant.

Boire ou Conduire ?
Il faut choisir. Ca va peut-être vous paraitre ringard, mais je n'en démords pas. Si vous buvez, vous ne conduisez pas. C'est une question de bon sens, qui en plus sauve des vies.

Lamrabet ou Lubenac ?
J'admire beaucoup Charlotte pour son rôle de leader. Rassembleuse, combattive et exemplaire. Arthur est son alter-égo masculin. Il a beaucoup de qualités lui aussi, la preuve, il a gagné ces élections. Ce sont deux personnes intègres et déterminées ! Deux exemples à suivre pour moi.

Binouze au PMU ou Carpaccio au restau ?
Rien ne vaut un carpaccio ! D'ailleurs, si vous passez par Gambino, je connais un restaurant qui propose sans doute l'un des meilleurs carpaccio du monde ! Ca et d'autres spécialités italiennes ! Ma femme et mes enfants adorent ! Et je peux vous dire qu'ils placent la barre culinaire haute !

Alvaux-Gadraut ou Ravolo ?
Ni l'un, ni l'autre. Entre un fasciste et une racaille communiste, c'est comme si vous me demandiez de choisir entre la peste et le choléra !

Beyoncé ou Rihanna ?
Rihanna ! C'est la chanteuse de la famille ! Mes enfants ne veulent rater aucun de ses concerts ! Mais bon, Beyoncé a son talent aussi ! Mais disons que nous lui préférons Rihanna !



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

24 déc. 2017, 16:19

Image

Image

L'investigation poussée : Mais qui êtes-vous, Vincent de Salvo ?


Mais qui est donc Vincent de Salvo, le membre du PLC que nous avons tous découvert durant cette campagne virile ? Nous avons mené notre enquête.

Cela faisait longtemps que la Frôce n’avait pas découvert un nouveau visage ambitieux. Enfin, nous avons à nouveau renoué avec les traditions. Les derniers individus qui avaient effectué un départ aussi tonitruant jouent aujourd’hui les premiers rôles en politique. Victor Karlsson en est un exemple parmi d’autres.

Alors voyons un peu le pédigrée : 30 ans, avocat au barreau d’Aspen… Ce n’est pas forcément le profil type du politicien frôceux qui se lance dans le grand bain. En Frôce, on est très précoces (pardon pour la rime involontaire, ndlr) : Urumi Nakamura était devenue ministre à 22 ans, Victor Karlsson à 25 ans, et Camila Álvarez vient d’être nommée à seulement 21 ans… Tandis qu’Anastasia Mendoza Ojeda était désignée Chancelière à 20 ans et 11 mois. Autant dire que Vincent de Salvo, il se lance un peu tard. Oui mais alors, pour le meilleur ou pour le pire ?

D’aucuns ont tergiversé à leurs débuts. Si ce ne fut pas le cas des personnes précédemment nommées, de nombreux cadres de la politique frôceuse d’aujourd’hui ont eu des débuts parfois agités, parfois en-deçà des attentes. Avant de devenir la Gouverneure dotée de la plus grande longévité, Anastasia Mendoza Ojeda n’a pas toujours fait l’unanimité, de nombreux détracteurs lui prêtant – souvent à tort – une réputation prétendument incompatible avec l’exercice politique.

Mais Vincent de Salvo, lui, est passé outre des débuts difficiles. Nous l’avons découvert à son arrivée dans le monde impitoyable de la politique par le biais du réseau social Pluzin. Il n’avait pas hésité à s’en prendre frontalement à Charlotte Lamrabet, présidente du MPD et pourtant réputée pour son ouverture d’esprit, tel un meneur. Cette répartie, nul ne l’avait certainement décelée au PLC, au moment où Vincent de Salvo y a sollicité sa carte d’adhérent. Et si, finalement, c’était lui le futur du PLC ?

Oui, Vincent de Salvo a la capacité de faire entrer le PLC dans une autre dimension, celle des premiers rôles de la politique frôceuse. Alors qu’Eduardo Belfort s’enlisait dans ses propres et connus travers durant le débat télévisé portant sur la diplomatie, Vincent de Salvo s’en sortait brillamment – à la surprise générale faut-il le préciser – dans le débat portant sur la culture et les sports. Un thème qui ne figure pourtant pas parmi les préoccupations principales du PLC. Avec un aplomb sans conteste et une répartie digne des plus grands, nous y aurons vu Vincent de Salvo tenir la dragée haute aux slameurs les plus expérimentés de la politique frôceuse, comme Valentin Ravolo ou Anastasia Mendoza Ojeda. Là où se sont cassées les dents des plus grands d’aujourd’hui.

Plus que son répondant et sa capacité d’argumentation, c’est son aptitude à lisser les idées de son parti par le biais d’un discours cohérent qui a pu impressionner chez Vincent de Salvo. Eduardo Belfort est un demi-dieu pour les militants LibCons, inutile de le préciser. Mais niveau discours, il a toujours été maladroit ou trop agressif. Deux défauts étrangers à Vincent de Salvo. Ainsi, le PLC devra-t-il compter sur ce nouvel engagé pour le sortir de l’isolationnisme perpétuel et pour renouer le dialogue avec les autres formations de droite. Si Marcus Brandt vient d’être nommé président du parti suite à la démission d’Eduardo Belfort, c’est bel et bien Vincent de Salvo qui semble le plus armé pour entrer dans la cour des grands, auprès des Karlsson, Lubenac ou Mendoza Ojeda. Tant mieux pour le débat public, après tout.



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

26 déc. 2017, 13:50

Image

Image

L'entrevue parfaite avec... Patrice Delcourt

L'interview #Hashtag

#FrôceDésinfoFM
Je pense que j'ai eu du mal à faire la part des choses entre mes convictions personnelles et ma radio. Mais je n'ai, à l'antenne, que très rarement fait transparaître mes opinions. Toutes les informations que je transmet à mes auditeurs sont correctes et ceux qui crient aux fakes news sont juste incapables d'assumer leurs actes, ils choisissent donc la facilité.

#FrôceMagazine
Frôce Magazine est un support qui me permettra de m'exprimer librement et au service d'un public de lecteurs dont la sensibilité penche à gauche. Je pense que la lutte contre les journalistes engagée est inquiétante mais ce n'est pas pour autant que je vais renoncer.

#AuxPortesDuPouvoir
Il est vrai que je voyais Victor Karlsson dans le fauteuil du Chancelier. Il s'avère qu'Arthur Lubenac a doublé Victor Karlsson devant les portes du pouvoir et les a refermées mais je ne regrette à aucun moment d'avoir fait ce pronostic et je le maintiens : Victor Karlsson sera un jour Chancelier.

#LesGens
Qu'ils ne perdent pas espoir avec ce gouvernement, je compte bien leur donner la lumière sur ce qu'il va se passer dans les prochaines semaines.

Le 2 Fast, 2 Curious

Delcourt ou Flotain ?
Flotain est un journaliste que je respecte car il a toujours su informer les Frôceux avec brio. Néanmoins, je pense qu'il lui manque quelque chose pour fidéliser le public et qui va faire que les gens vont le privilégier à un autre présentateur d'émissions d'informations à la télé ou à la radio. Donc Delcourt, même si je ne suis pas prétentieux.

Boire ou Conduire ?
Boire, mais seulement si on est raccompagné !

Citron ou Karlsson ?
Karlsson évidemment ! Je suis convaincu qu'il fera un excellent gouverneur de Catalogne et qu'il va engendrer l'expérience nécessaire pour remporter les élections fédérales. Sans doute pas en 091 mais sa jeunesse fait le reste ! C'est le talent que la gauche cherchait depuis des décennies. Quant à Citron, eh bien chaque grand chef a besoin de son auxiliaire !

Pizza ou Quinoa ?
Quinoa, déjà parce que je suis vegan et que c'est bien plus diététique.

Coke ou Prozac ?
Ma foi, je ne suis pas un adepte de ces substances mais la coke me semble plus efficace en cas de dépression.

Beyoncé ou Rihanna ?
Les talents de Rihanna sont incontestables, et je dis biens LES talents !



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

26 déc. 2017, 23:02

Image

Image

L'entrevue parfaite avec... Eliott Marshall

L'interview #Hashtag

#EliottGonnaHate
Je ne rage pas moi, je troll. N’inversons pas les rôles. (rires) Je suis quelqu’un qui ne se prend pas au sérieux, contrairement à certain(e)s… D’ailleurs, je n’ai toujours pas reçu la cargaison de Bromazépam. Je n’en ai de toute façon pas besoin car mon anxiolytique, c’est mon Victor. Par contre, j’ai réuni suffisamment d’argent pour offrir une psychothérapie à une certaine nympho mythomane. Seul problème, je n’ai pas son adresse…

#LesGens
Les gens qui utilisent ce hashtag ont rarement quelque chose d’intéressant à dire. (rires)

#ILoveVictor
C'est peu de le dire. J’ai véritablement trouvé ma moitié. Je suis amoureux et c’est avec lui que je veux faire ma vie. Victor m’a d’ores et déjà beaucoup apporté. Je me sens bien et nous avons de nombreux projets en tête. Il a fait de moi un homme meilleur et surtout un homme heureux, ce qu’aucune femme n’avait réussi à faire jusque là. (rires) Oui, définitivement, j’aime Victor !

#EduardoBelfort
Je n'oublierai jamais la confiance qu'il m'a témoignée. Il m’a laissé une grande liberté à la tête des JLC et nous avons fait de belles choses. Il a aussi été un Président charismatique. Il aurait pu emmener le PLC à la victoire, notamment en Transalpie, s’il avait suivi une autre stratégie. Je persiste à croire qu’elle n’était pas la bonne. Je tiens néanmoins à lui rendre hommage pour son travail et son bilan. Il a su relancer la droite libérale-conservatrice. Maintenant, il est temps pour nous d’entamer une transformation nécessaire afin de moderniser notre parti, à tous les niveaux.

Le 2 Fast, 2 Curious

Steve Jobs ou Blowjobs ?
Je suis un fanboy. Steve Jobs est pour moi un modèle d'accomplissement mais… Il n’y a rien de mieux qu’une bonne pipe pour se détendre ! (rires)

Night party à San Juán ou Cocktail branché à Monticello ?
Sans hésiter, Night party à San Juán.

iPhone X ou Galaxy S9 ?
J’aime les choses abouties. iPhone X sans une once d'hésitation.

Paul Marshall ou Eduardo Belfort ?
Paul Marshall. Mon grand père. La famille, c’est sacré chez nous. Et rien n’aurait été possible aujourd’hui sans son travail hier. Rien.

Camila Álvarez ou Charlotte Lamrabet ?
Je ne connais pas la première personne que vous venez de citer… (rires) Donc je dirais Charlotte Lamrabet. Comme elle, j’aime beaucoup les oeufs ! (rires)

Beyoncé ou Rihanna ?
Rihanna. Nous sommes beaux comme des diamants dans le ciel (clin d’oeil face caméra).



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

11 janv. 2018, 18:48

Image

Image


L'entrevue parfaite avec... Charlotte Lamrabet

L'interview #Hashtag

#StatueKadhafi
De longue date, nous souhaitions rendre hommage à une grande personnalité qui a œuvré pour la paix et pour son peuple. Le choix d’une statue à l’effigie de Mouammar Kadhafi était une évidence. Personne ne croit à la théorie du Kadhafi dictateur, hormis les bouches trous éternels de l’ordre américano-sioniste .C’est leur problème, pas le nôtre.

#DroiteMolle
Un sobriquet que nous ont un temps donné les Libéraux-Conservateurs. Dans la stricte logique de la politique avec des œillères, tout ce qui, à droite, ne se conformait pas exactement à l’obédience belfortiste était qualifié de « droite molle ». Ce temps est, je l’espère, révolu au PLC. Je ne fais pas partie du camp des mous, au contraire. À Kervern, par exemple, nous faisons la chasse aux demi-molles…

#Snapchat
À Kervern, nous avons interdit l’utilisation de cette application malfaisante dans l’espace public. Vous n’imaginez pas le nombre d’accidents, plus ou moins graves, que l’utilisation de Snapchat a pu provoquer. Entre les adolescents qui utilisent les filtres en traversant la rue sans regarder si un véhicule arrive, et les policiers qui filment leurs actions en plein service, cela ne pouvait plus durer.

#AlexandreLamrabet
Notre mariage était grandiose. Je remercie les invités ainsi que mon oncle d’avoir fait de cet événement une merveilleuse fête. Je m’en souviendrai toute ma vie. J’aime profondément Alexandre, c’est la personne idéale à mes yeux. Nous attendons d’ailleurs un heureux événement…


Le 2 Fast, 2 Curious

Œufs brouillés ou œufs durs ?
J’adore les œufs, quelle que soit la manière dont ils sont cuisinés. Mais je les aime surtout accompagnés d’une bonne sauce tomate bien rouge.

Steve Jobs ou Blowjobs ?
En ce moment j’ai un peu la haine contre Steve Jobs, mon iPhone X ne fait que planter. Blowjobs donc, au moins c’est agréable.

Beyoncé ou Rihanna ?
Je ne suis pas fan, je pense qu’elles ont fait leur temps. Je préfère Cardi B, c’est plus hype en ce moment.

De Salvo ou Ravolo ?
Je n’aime pas les petits voyous, encore moins ceux qui tabassent les autres car ils ne pensent pas comme eux. De Salvo donc, évidemment.

Château de Kervern ou Palais du Vénérable Thomas ?
Le château évidemment, c’est chez moi. Ça reste plutôt sobre comparé au Palais que je trouve surfait. Bien qu’il soit à l’image de mon oncle.

Trump ou Poutine ?
Entre un dictateur méprisable et dangereux et un homme d’État qui contribue à la stabilité de la planète, le choix est vite fait. Poutine, évidemment.



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

17 févr. 2018, 21:32

Image

Image

#1 Aritz Alves Alarcón

Nous lançons aujourd'hui notre nouvelle rubrique, Stoned Stories. Le principe est on ne peut plus clair : régulièrement, nous recevrons des personnalités frôceuses pour qu'elles nous relatent leur expérience de l'usage des drogues. L'objectif de la rubrique est de permettre le partage d'expérience, et non pas d'encourager la consommation de substances stupéfiantes.

Pour ce premier numéro, nous recevons le député-maire de San Juán et membre de la CUL, Aritz Alves Alarcón.


Bonjour Aritz. Bon, vu qu'on est dans une interview pas trop formelle, acceptes-tu que je te tutoie ?

Bah tu viens de me tutoyer là. Pourquoi faire semblant de me demander mon avis ? Non, je déconne. Évidemment qu'on peut se tutoyer. Tu sais, même au parlement je tutoie mes collègues. J'ai aucun mal avec ça. Je suis pas un coincé du fion comme les mecs du MPD.

Tu as accepté de venir témoigner chez Asami de ton expérience de la consommation des drogues. Tu ne penses pas qu'en tant qu'homme politique, ça risque de donner de la matière à tes détracteurs ?

Toi ça se voit que t'es jamais allé faire un tour sur mon compte Pluzin. Vous préparez jamais vos interviews ici ? (rires) Non plus sérieusement, je suis tout le temps en train de revendiquer la consommation de drogues. Pour moi, ya rien de mal à ça. Chacun son vice, j'emmerde la morale ambiante. J'impose à personne de faire comme moi, je veux juste qu'on me laisse me défoncer la gueule quand j'en ai envie.

En même temps, il faut dire que la Septimanie, province où tu résides, est de loin la plus permissive au niveau des drogues...

Eh ouais mec. Nous on est pas des cons hypocrites comme ailleurs. Le meilleur moyen de faire des stupéfiants un problème de santé publique, c'est de les interdire. L'exemple portugais est parlant. -10% de consommation depuis la dépénalisation totale. La Norvège va suivre le même chemin. Je suis fier que la Septimanie soit sur le même chemin que ces pays précurseurs. C'est vrai que la Septimanie c'est défonce land. On consomme tellement que ça pue la beuh jusqu'en Catalogne, j'te jure ! (rires)

Parle-nous un peu de ton parti. Sans mentir, vous êtes beaucoup à vous droguer régulièrement à la CUL ?

Bah ouais, à fond. Je dirais que 80% de nos membres fument de la beuh au moins un jour par semaine. C'est normal, on attire les gens en quête de bien-être et de liberté, on est les seuls à tenir cette position. À San Juán, il nous est déjà arrivé d'annuler des conseils municipaux. Tu sais pourquoi ? Tout simplement car les mecs de mon parti se pointent souvent tellement stone ou bourrés qu'ils ne sont pas en mesure de tenir des propos cohérents. Quand ça se produit, on pousse les tables contre les murs et on s'assoit au milieu de la salle du conseil. On ramène des sachets de ganja, des djembés et l'alcool, et on passe de super soirées. Au point que le lendemain, certains d'entre nous soient excusés pour le boulot... Non vraiment, chez nous c'est sans pression, le bien-être avant tout.

Quelles drogues consommes-tu régulièrement, et surtout quand as-tu commencé ?

Pouloulou, c'est tellement vieux que je saurais pas dire exactement. J'ai commencé au collège, en tout cas. Je viens d'une famille coincée et fasciste, alors pour m'évader, j'allais fumer du shit avec mes potes au square. À l'époque, un dealer marocain nous faisait des prix d'enfer. Mais sa came était complètement merdique. On s'en foutait, tout ce qu'on voulait c'était planer. Un peu plus tard,
quand j'ai commencé à gagner mon propre argent avec mon boulot étudiant, je me suis mis à la beuh. Mais de la vraie beuh hein, de la putain de frappe. J'avais les bonnes adresses pour faire les provisions. Tu vois, c'était le genre de salade qui t'envoyait dans les nuages en un seul spliff. De la pure afghane mon gars. Je fumais tous les soirs dans ma chambre étudiante. Parfois, je faisais tourner le bédo avec mes voisins de palier. On écoutait de la tekno et du speedcore en se déchirant la gueule. C'était énorme nos soirées là-bas, on peut pas dire qu'on les passait à bosser en tout cas (rires). Après quand j'ai fini mes études, je fumais des joints comme des clopes, une quinzaine par jour. Aujourd'hui je bédave même à la mairie, même dans mon bureau de l'Assemblée Fédérale. La ganja c'est mon mode de vie. Bon après hein, je touche parfois d'autres cames évidemment...

Ah bon ? Mais quelles cames alors ?

Je suis fan de Breaking Bad. Du coup j'ai voulu tester la meth et je l'ai fait. C'est un putain de trip mon gars. Les plus gros junkies sont accros à ça, tu m'étonnes. Moi je la sniffe au couteau comme Tuco Salamanca, je la fume pas à la pipe comme ces chiens de la casse. Une fois, je me suis enfilé 3 grammes d'un coup dans la trompe. Je te jure mec, j'ai cru que j'allais y rester. J'étais en euphorie, j'avais l'impression d'être couché sur des ballons de baudruche. Je sentais comme une énorme jouissance qui me prenait tout le corps, bien mieux qu'un simple orgasme sexuel. Alors qu'en réalité, tu sais quoi ? J'étais à genoux dans les chiottes de la mairie (rires) ! Un putain de bon trip. Bon après ça m'arrive aussi de me faire des lignes de poudreuse. Ça je le fais en fin de soirée quand je suis totalement pété. J'ai un stock de réserve chez moi, au cas-où. Souvent, j'invite des potes qui sont aussi en politique et on se fait des soirées défonce à base de coc, shit, champis et alcool. Je dirai pas leurs noms, ils n'apprécieraient pas. Mais tout ça pour te dire que je suis loin d'être le seul en politique à pratiquer la défonce thérapeutique.

Quelles sont les choses que tu préfères faire quand tu es stone ?

Oula, y'en a plein plein. Conduire en marche arrière sur le front de mer, me jeter à poil dans la mer en plein hiver, mettre mon phallus dans une baguette de pain, faire des sextapes dans les camping cars avec mes prostituées... Ah et insulter Bourniais en live. Ouais, en fait ça c'est ce que je préfère. Ce ****** de chien de la casse, je kiffe toujours le bolosser. C'est un vrai tocard ce type. L'autre fois sur Pluzin, je l'ai copieusement insulté. Je l'ai menacé, je lui ai dit ses quatre vérités. C'est une grosse *****, un gros **** ** ****. Il mérite que ça, cet hypocrite, ce menteur, ce réac communiste. J'te jure l'autre fois quand je l'ai insulté pendant dix minutes en live, j'avais la queue dure tellement c'était bon.

N'as-tu pas peur que ton comportement et ta consommation importante de drogues ait un impact négatif sur ta carrière politique ?

Eh gros, je m'en bats les ****** moi. Je cherche pas à faire une carrière. Je vis ma vie comme bon me semble. À la CUL on est comme ça, du moment que les gens sont heureux et libres, on respecte. Anna est sur la même longueur d'ondes. Elle aussi c'est une grosse junkie. Tellement qu'une fois, quand je la prenais en doggy, elle a accepté que je me fasse une ligne sur son boule. Tu sais mec j'ai des étoiles dans les yeux 24/7. Au final, cet état de bien-être permanent apporté par la drogue me rend prolifique dans mon travail. J'suis pas comme ces enfoirés de politiciens qui font semblant de bosser et renient leurs propres vices pour garder une bonne image. Moi si je fous rien, je le dis, je le revendique fièrement. Si je bosse à fond, je me sens pas obligé de le dire. Ce sont ceux qui en étalent le plus qui en font le moins.

Du coup tu aimerais que toutes les drogues soient dépénalisées partout en Frôce ?

Tu sais, je m'en bats la race de la Frôce. Tout ce qui compte à mes yeux, c'est moi et ma drogue et mes potes. Le reste osef. Si les gros réacs crétins de Tyrsènie qui votent Von Bertha ne veulent pas de dépénalisation chez eux, c'est leur affaire. Ici on est en Septimanie. On s'affranchit des lois fédérales quand elles ne nous conviennent pas. Ici c'est une plaque tournante. Souvent je vois des bateaux de plaisance marocains amarrer à San Juán et descendre des palettes de beuh, direct dans le 4x4. Je dis rien. Chacun fait son business. Nous on respecte les libertés de tout le monde.

On te reproche souvent de ne rien faire à la mairie de San Juán...

C'est qui, "on" ? Bourniais ? Tous ces crétins qui n'ont jamais foutu un pied chez nous ? Mes administrés, ils me soutiennent. Je suis le seul maire de Frôce et même du monde à distribuer régulièrement de l'herbe gratuite aux habitants. J'assume de me pavaner. Ici les gens vont bien, ils sont heureux. Et ça, c'est grâce à la drogue, aux prostituées et aux soirées électro que j'organise. Ça leur suffit. Tu voudrais quoi, que je fasse semblant comme la plupart des mecs ? Eux qui prétendent bosser alors que tout ce qu'ils font, c'est pondre des arrêtés municipaux totalement bidons ? Allez, remballe. Nique tous ces politiciens qui se prennent au sérieux, On est tous humains, on a tous besoin de s'évader.



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

08 mars 2018, 15:56

Image


L'investigation poussée : C'est quoi ce bordel au sein de la droite frôceuse ?


Ce n’est plus un secret pour personne, il y a du rififi dans le camp de la droite frôceuse. Alors qu’elle obtenait le pouvoir en décembre pour la première fois depuis de nombreuses années, la droite s’est progressivement liquéfiée. Et pour cela, elle n’a eu besoin de personne : ni de l’opposition de gauche, ni des médias. Non, la coalition s’est détruite soudainement et contre toute attente, les intérêts des uns et des autres, bien différents, ayant fortement pesé dans la balance. Trois camps bien distincts ont finalement émergé de ces conflits d’intérêt.

Camp n°1 : le RPL

Le RPL est le premier à avoir claqué la porte de la majorité fédérale, alors portée par Arthur Lubenac. Ce départ est intervenu bien avant l’éclatement total de la droite, mais on peut dire qu’il a été une de ses prémisses. On ne peut pas dire que ce fut une surprise, l’entente entre Éric Valmont et les représentants du MPD n’a jamais été au beau fixe. Les votes blancs effectués par la formation libérale à l’Assemblée Fédérale sur des textes présentés par le gouvernement furent la goutte d’eau qui a fait déborder le pichet. In extremis, le Chancelier Lubenac publia un communiqué pour dénoncer l’attitude du RPL et dans la foulée, Éric Valmont remettait sa démission du parti.

D’aucuns étaient sceptiques de voir le RPL intégrer une coalition menée par des Conservateurs. On sait que la philosophie du RPL est très particulière, et qu’elle peut tout autant se rapprocher des valeurs de la CUL que de celles de la droite libérale. La formation d’Éric Valmont s’était déjà essayée à collaborer avec un parti totalement différent d’elle, c’était en 088 : Alba Vittorini, leader d’alors du RPL, avait eu l’audace d’intégrer le MARR – d’obédience proche du socialisme et du communisme – à sa coalition gouvernementale. Pour l’absence de succès que l’on connait.

Maintenant, le RPL doit poursuivre sa progression. Ses résultats électoraux sont en constante progression depuis la déroute de 089. Le nouveau souffle donné au parti sous l’impulsion d’Éric Valmont et Julia Blum a semble-t-il transcendé le camp des Libéraux. Cependant, le mouvement demeure isolé. Ayant tourné le dos à la droite, il ne lui reste plus comme alliés potentiels que la CUL et l’ADF-C. Un peu léger pour espérer occuper le pouvoir à nouveau. De son côté, Julia Blum poursuivra vraisemblablement son travail à Antsiranana, une province qu’elle occupe depuis le dernier scrutin.

Camp n°2 : le MPD-O et l’ADF-C

Les uns sont d’anciens militants du MPD qui ont quitté le parti et ont tourné le dos au Chancelier Lubenac suite à son rapprochement avec le PLC. Les autres sont d’anciens militants de l’ADF qui ont quitté la formation centriste, reprochant à une tendance au sein du parti de vouloir se rapprocher de l’UPP.

Si l’ADF-C n’est pas à proprement parler un parti de droite, on peut légitimement considérer qu’il travaillera régulièrement avec le MPD-O, du fait de l’entente à long terme qui s’est initiée entre Karl Lacroix-Hanke et Charlotte Lamrabet. La dislocation du centre était un fait inévitable, les historiques du parti n’ayant pas supporté que de nouveaux arrivants issus de la fusion avec le MESS proposent que l’ADF se rapproche de l’UPP. Karl Lacroix-Hanke n’a semble-t-il pas digéré l’attitude équivoque et souvent critique de la formation de Victor Karlsson à l’égard de l’ADF. De leur côté, les militants de tendance centre-gauche, représentés par Linda García notamment, ne se voyaient pas collaborer avec le MPD, jugé trop proche de la droite dure depuis la nouvelle orientation donnée par Arthur Lubenac. Autrement dit, la position traditionnelle de pivot central de l’ADF a éclaté en lambeaux car chaque cadre du parti penchait légèrement d’un côté ou de l’autre. Nous sommes à des années lumières de l’ADF des années 050, au sein duquel pouvaient se côtoyer des individus de centre-gauche comme Marc Schaft et de centre-droit comme Angela von Bertha.

Du côté du MPD-O, l’heure n’est guère plus verte. La scission issue de l’aile gauche du MPD, qui a emporté avec elle 60% des militants ainsi que les Jeunes Pop’, ne dispose que d’une faible représentation à l’Assemblée Fédérale. Outre l’optique d’un rapprochement logique avec l’ADF-C, on a du mal à croire que le MPD-O, qui revendique la paternité du MPD, puisse un jour à nouveau apercevoir les portes du pouvoir face à lui. Effectivement, contrairement à l’ADF-C, la formation emmenée par Olivier Brimont s’est éloignée du RPL depuis l’épisode gouvernemental, et on imagine mal revoir ces deux mouvements collaborer de sitôt. Recoller les morceaux avec Arthur Lubenac parait également utopique. Reste donc l’apanage local : le MPD-O a conservé les villes de ses deux leaders, Kervern et Gambino, et aura un rôle important à jouer dans l’opposition en Tyrsènie.

Camp n°3 : le MPD, LD et le PLC

Le MPD a perdu gros lors de ces élections. Déjà grandement affaibli par son éclatement en deux camps, Arthur Lubenac n’a pas réussi son pari de remobiliser ses électeurs. S’il y a bien-sûr eu une fuite vers le MPD-O, il semblerait que le MPD ait également perdu des électeurs au profit de la gauche. Le parti avait remporté 16% des suffrages en décembre, 6% seulement à l’issue de ce scrutin. Si l’on soustrait les électeurs du MPD-O, le constat est clair : 5% des électeurs du MPD lors du précédent scrutin ont préféré d’autres formations politiques. Peu de chance que cela soit au profit du PLC ou de LD, dont les scores n’ont pas évolué positivement. Tout comme le MPD-O, le MPD semble promis à un avenir essentiellement local, à Anglès notamment où Arthur Lubenac conserve la mairie, mais aussi en Catalogne où Nicolas Lubenac a remporté 51 sièges.

Nouvelle désillusion électorale pour le PLC. Une de plus ajoutée au porte-clefs du parti, qui n’a presque connu que des déceptions depuis sa formation en 088 par Eduardo Belfort. Pourtant plus en vue que lors des précédentes élections et conduit par le prometteur Vincent De Salvo, le parti n’arrive pas à franchir le cap nécessaire pour devenir un parti principal. Il perd même des sièges par rapport à 090, vraisemblablement victime de la forte dynamique du bloc de gauche. Confronté à une crise interne sans précédent, qui a conduit au départ de certains militants dont Eliott Marshall, le PLC se voit accusé d’homophobie par ces derniers. Si le président du mouvement a assuré souhaiter maintenir le cap et la ligne politique actuelle du parti, ces événements pourraient bien lui porter préjudice lors de la prochaine élection à la présidence.

Enfin, Les Démocrates restent un parti minoritaire, essentiellement conduit par l’excentricité de ses dirigeants. Ces derniers, qui ne semblent pas réellement poursuivre une stratégie politique réfléchie, parviennent tout de même à gagner la ville de Monticello, prise aux mains du MPD. Si on les imagine mal gagner en puissance et en représentativité électorale, ces derniers font partie intégrante de la coalition à trois formée aux côtés du MPD et du PLC.

Le camp n°1 pèse 10%, le camp n°2 12% et le camp n°3 12% également. Union ou pas de la droite, cette dernière se retrouve dans une posture parlementaire historiquement faible à laquelle il va bien falloir remédier. Pour le moment, la division profite au bloc de gauche, la fuite des électeurs également.



Avatar du membre
Norifumi Kagoshima
Journaliste
Messages : 28
Enregistré le : 21 déc. 2017, 20:15

Re: Asami®

05 avr. 2018, 13:46

Image

L'interview sans concession : Thomas de Kervern, Marquis de Norijo


Nouveau mois, nouvelle rubrique !

Nous avons le plaisir d'inaugurer notre rubrique "L'interview sans concession". Chaque mois, nous recevrons une personnalité frôceuse pour l'interroger sur ses projets, mais aussi discuter de l'actualité.



Bonjour votre Altesse, nous vous remercions d’avoir accepté notre invitation. Le Marquisat de Norijo demeure assez peu connu de nos jeunes internautes et nous allons avoir l’opportunité de mieux leur faire connaître son souverain…

Il est vrai que le Marquisat est une terre de retenue et de pudeur, nous n’avons jamais eu l’habitude de nous faire remarquer sans raison.

Pourtant, il y a quelques années, la crise diplomatique entre le Marquisat et la Frôce a fait couler beaucoup d’encre…

Elle a fait couler beaucoup d’encre car vous, journalistes du continent, l’avez décidé. À chaque fois que l’on parle de Norijo en métropole, c’est pour insulter ses habitants ou contredire le positionnement de son légitime souverain. Je n’ai jamais apprécié cette condescendance métropolitaine à notre égard. La Chancelière de l’époque avait extrêmement mal agi avec nous, et avait menacé l’indépendance et l’intégrité de mon peuple. Certains de ses ministres également. Il était donc normal que je défende nos intérêts. Et sans l’intervention de Victor Karlsson et Eduardo Belfort, nous serions allés jusqu’au bout de notre volonté d’indépendance.

Aujourd’hui, cette volonté de prendre votre indépendance est donc révolue ?

Norijo possède sa langue, ses us et coutumes et une identité qui lui est propre. Dans l’idée, le Marquisat pourrait tout à fait constituer une nation à part entière. Aujourd’hui, la détermination de notre peuple à se libérer du joug frôceux s’est un peu tassée. Le statut d’entité autonome au sein de la fédération convient aux Norijiens. Du moment qu’il n’est pas remis en cause comme lors de la crise de 090, nous nous en contenterons. L’arrivée de Victor Karlsson à la Chancellerie nous conforte dans cette décision.

Vous pensez donc que Victor Karlsson représente une garantie pour le Marquisat ?

Absolument, oui. Nous n’avons pas la mémoire courte, nous nous rappelons que Victor Karlsson a en grande partie contribué à l’apaisement des tensions diplomatiques entre la Frôce et Norijo, provoquées à l’époque par l’attitude de la Chancelière Ansaldi et de plusieurs de ses ministres. Victor Karlsson est une personne de qualité, que je connais dans le cadre personnel. Il possède la stature et la parole qu’il faut pour entretenir des relations diplomatiques.

Pourtant, votre passé politique s’est réalisé à l’opposé des idées défendues par Victor Karlsson aujourd’hui…

Il ne faut pas mélanger politique et diplomatie. Victor Karlsson a ses idées et il les met en œuvre. En tant que souverain de Norijo, je n’ai pas à me prononcer sur la politique intérieure de la Frôce. Tout comme lui ne se permettrait pas de se prononcer sur la politique intérieure du Marquisat. Je juge l’homme à ses aptitudes au dialogue et à sa crédibilité diplomatique. Du point de vue norijien, Victor Karlsson est le meilleur partenaire diplomatique qu’ait pu proposer la Frôce depuis bien longtemps. Cela change quand-même du guignol qu’était son prédécesseur ou de la méprisante Ansaldi.

On dit que le Marquisat est une terre d’accueil pour les anciens cadres frôceux de la politique ou de la finance… Est-ce une réalité ? Eduardo Belfort a notamment été aperçu à de nombreuses reprises à Norijo récemment…

Ce cliché relève d’une stigmatisation proférée par ceux qui, en métropole, nous méprisent. Norijo n’est pas un cimetière des rebuts du continent, loin de là. Je vous rappelle qu’Eduardo Belfort possède la nationalité norijienne et qu’il a occupé une fonction de ministre ici. Il est donc à Norijo chez lui. S’il souhaite s’y établir de manière permanente, il est évidemment le bienvenu. Certes, il y a de nombreux Frôceux qui viennent s’installer chez nous car la vie y est meilleure, mais ne faisons pas de certains cas une généralité. C’est insultant pour les Norijiens.

Vous êtes rarement en déplacement sur le continent. Vous vous déplacez à Aspen dans le cadre d’un projet assez particulier, pouvez-vous nous en dire davantage ?

Effectivement, je suis ici dans le cadre de la création de la Fondation De Kervern. Son objet sera de venir en aide, partout sur le globe, aux populations défavorisées qui n’ont pas accès aux soins dont elles ont besoin, ou encore à celles qui ne mangent pas à leur faim. Ma fortune s’élève à plus de 35 milliards de Pluzins, celle de ma famille cumulée atteint les 40 milliards. En matière de revenus, j’empoche près de 200 millions de Pluzins par mois avec l’ensemble de mes activités et autres actions. Il est donc normal que nous nous investissions activement pour les plus défavorisés. C’est un projet qui me tient particulièrement à cœur.

Quelles seront les premières actions de la Fondation De Kervern ?

Notre premier chantier concernera Antsiranana. Un chèque de 500 millions de Pluzins sera prochainement confié à sa Gouverneure, pour aider à la reconstruction et au développement de la province. Aider Antsiranana, comme je l’ai déjà fait par le passé, me tient particulièrement. Nous allons également mobiliser des équipes humanitaires dans plusieurs pays tels que la Palestine, Haïti ou encore la Birmanie. Chaque fois dans le même objectif : venir en aide aux civils sinistrés. Un budget annuel de 3 milliards de Pluzins sera alloué à la fondation. Il sera alimenté par mes deniers personnels, mais aussi par des levées de fonds auxquelles nous allons prochainement procéder.

Votre altesse, merci d’avoir pris le temps de nous répondre.



Retourner vers « Journaux »