25/08/088 - Les ados contre la médecine scolaire

L'AIF est l'organisme incontournable en Frôce, pour tout journaliste qui se respecte. Elle centralise l'ensemble de nouvelles du pays et permet ainsi aux différents médias de diffuser, d'analyser et de compléter l'information.


Répondre
Maître du Jeu
Messages : 192
Enregistré le : 25 mai 2017, 13:45

25/08/088 - Les ados contre la médecine scolaire

Message par Maître du Jeu » 25 août 2017, 02:18

AIF - 25/08/088
Santé - Fronde des adolescentes sur PluzIn contre la médecine scolaire

Jusqu'à hier, la ministre de la santé, Anastasia Ojeda, bénéficiait d'une côte de popularité exceptionnelle parmi les jeunes frôceux, mais la publication du projet de loi sur la médecine préventive scolaire a éveillé la grogne de beaucoup de jeunes filles sur PluzIn.

En effet suite à une vidéo de ElsaLioness, une des vidéastes beauté les plus célèbres de Frôce, décrivant les effets potentiels du projet de loi sur la médecine préventive scolaire, nombre d'adolescentes se sont indignées du texte proposé, le sujet ayant même été le plus discuté sur PluzIn jeudi soir.

Deux points gênent particulièrement les adolescentes, tout d'abord l'existence même de la visite orientée sur la sexualité, prévue tous les ans au lycée, en gêne plus d'une, phénomène encore plus marqué chez les descendantes d'immigrés maghrébins qui font de la question un véritable tabou, beaucoup envisageant de boycotter ladite visite en cas d'adoption de la loi.

L'autre concerne la pudeur, à en croire les témoignages recueillis sur PluzIn, actuellement les médecins scolaires ont tendance à réserver des visites moins invasives aux filles. Avec le nouveau texte, les actes à faire seront rapprochés pour les deux sexes, beaucoup d'adolescentes craignent que le vrai sens de cet article soit l'imposition de nudité partielle ou totale, d'autant plus que le texte ne prévoit pas de droit à refuser un acte médical.

Sur le sujet, les associations familiales, quant à elles se divisent, alors que la Fédération des Parents de Frôce regrette le manque de place accordée à la volonté des parents dans le projet, de son côté l'association "Familles de Frôce", habituellement bête noire de la ministre de la santé, s'est montrée plutôt favorable au projet, louant l'important effort financier du Gouvernement en faveur de la santé des jeunes et se réjouissant que la sexualité soit abordée comme un facteur de risques.



Avatar du membre
Anastasia Mendoza Ojeda
Gouverneur
Messages : 431
Enregistré le : 15 juin 2017, 21:18

Re: 25/08/088 - Les ados contre la médecine scolaire

Message par Anastasia Mendoza Ojeda » 25 août 2017, 21:31

Présentation du texte concerné à l'Assemblée Fédérale :
Anastasia Mendoza Ojeda a écrit :
25 août 2017, 21:30
Monsieur le Président de l'Assemblée,
Mesdames, Messieurs les Députés,

Notre jeunesse est ce que notre nation a de plus précieux, et nous nous devons de ne pas ménager nos efforts en sa faveur.

Si nous pouvons nous réjouir de la qualité largement reconnue de notre système éducatif, force est de constater que la médecine scolaire est le parent pauvre de ce prestigieux navire.

Cette injustice se doit d'être réparée, et c'est pourquoi nous proposons un investissement massif de près d'un demi milliard de pluzins pour la médecine préventive scolaire, un investissement qui sera totalement financé par les recettes liées à la légalisation du cannabis.

Cet investissement, c'est jusqu'à 15 visites sur 16 années de scolarité, couvrant les principaux risques encourus lors de l'enfance et de l'adolescence, qui plus est encadrées par des spécialistes de ces dits risques. Outre la mission de détection des pathologies, nous espérons tout particulièrement lutter contre le mal-être des adolescents par ce biais.

Je vais aussi profiter de la présentation officielle de ce texte pour répondre aux préoccupations qui traversent les réseaux sociaux depuis hier soir.

Tout d'abord concernant la visite centrée sur la sexualité, je souhaiterais rappeler que tout ce qu'il se passe durant la visite reste privé, les professionnels de santé sont soumis au principe du secret médical, et ces visites ne dérogent pas à la règle, si un enfant ne veut pas que ses parents sachent quelque chose qui ne menace pas directement sa santé, le secret sera préservé, il n'y a aucune honte à s'adresser aux professionnels.

Je souhaiterais aussi dire que le tabou sur la sexualité est nocif, le fait de ne pas en parler et de l'ériger en fruit interdit, cela conduit à un manque d'aisance à parler des problèmes liés à la sexualité, des problèmes de santé, mais aussi des agressions sexuelles et des viols, le but de cette visite ainsi que d'autres actions entreprises par la CUL est de démystifier le sexe afin de libérer la parole contre les souffrances.

Concernant les actes obligatoires, il faut comprendre qu'il y a l'esprit et la lettre d'un texte. L'obligation est ici pour éviter qu'un enfant masque des signes de maltraitance, pas pour aller contre la pudeur des adolescents, les personnels sauront faire preuve de psychologie et n'imposer que les actes nécessaires, ils sont là pour aider, pas pour tyranniser.

Enfin en ce qui concerne la polémique sur l'équité entre garçons et filles, je pense qu'elle montre avant tout les désastres du modèle patriarcal, l'ancien modèle institutionnalisait le fait qu'on n'attende pas la même chose des garçons et des filles, cette méthode est là pour favoriser la montée du sentiment égalitaire dans les esprits, seulement faire ce qui est adapté à cette âge, sans se soucier des stéréotypes de genre.



Répondre

Retourner vers « Agence de l'Information Frôceuse »