Nous sommes sous la Xème législature. Période de jeu : 01/10/099 au 31/12/100.
Bienvenue en Frôce !

Image

Lycée Hugo Solerne

Ville réelle : Gérone
Population intra-muros : 110 491 habitants (096)
Population métropole : 686 343 habitants (096)
Partis dominants : 1. PSDF / 2. UPP / 3. FCF
Avatar du membre
Julien Citron
Localisation : Etchegorda
Messages : 1425
Enregistré le : 07 juin 2017, 15:36

Lycée Hugo Solerne

28 sept. 2017, 19:17

Image

Lycée Hugo Solerne

Le lycée Hugo Solerne d'Etchegorda est un lycée public. Il s'agit du meilleur lycée de la ville et il figure souvent dans le haut du classement des lycées de Catalogne. Ses bâtiments anciens et son parc lui donnent un cadre bucolique plaisant pour les élèves tout comme le personnel.


ex-Président de la Province de Catalogne

Vice-Président de l'Université de Casarastra

Avatar du membre
Thomas Citron
Messages : 24
Enregistré le : 26 sept. 2017, 22:49

Re: Lycée Hugo Solerne

28 sept. 2017, 21:30

Image

21h34.
Thomas était assis avec ses cinq camarades délégués élèves au conseil d'administration. Le proviseur et son adjoint déroulaient la partie gestion financière depuis une bonne heure. Un coup il s'agissait d'un appel d'offre pour renouveler les photocopieuses du CDI amorties depuis longtemps et un coup on parlait de puiser dans le fonds de roulement du lycée pour financer des chaises neuves. Le fils aîné du Ministre fédéral du Budget n'en pouvait plus et voulait passer à la phase que tout le monde attendait: le vote du budget annuel.
Un coup d'éclat allait se dérouler sous ses yeux et il en serait le principal annonciateur. Les enseignants et les parents avaient résolu de rejeter le budget pour protester contre le zèle du proviseur. Les quelques élus présents au sein du conseil d'administration penchaient en faveur de la gauche et une partie avait accepté en amont de se joindre aux deux groupes précédents. Après tout c'était une occasion de plus pour dénoncer la politique éducative du gouverneur, leur sport favori. Ils n'avaient néanmoins pas la majorité à eux seuls car il restait les représentants de l'administration, le proviseur, son adjoint et les cinq représentants élèves. L'usage voulait que les élèves restent neutre dans un conflit de cette envergure, or il suffisait que deux élèves sur cinq votent aux côtés des mécontents pour lancer le lycée dans l'impasse. Thomas appréhendait un peu ce moment où il devrait tomber le masque.


Bien chers élus du conseil, je propose de passer au budget que nous devons voter d'ici la fin de cette séance. Pour cette année nous avons choisi d'investir...

Thomas regardait ses textos et vit un message de son père qui lui demandait comme cela se passait à la maison. Il passa en se disant qu'il répondrait plus tard et en vint à celui de Carla qui lui apportait tout son soutien dans ce qu'il allait faire. Il se sentit alors réconforté et armé de la force nécessaire pour passer à l'acte.

Au moment de passer au vote après trois quart d'heure d'explication, les professeurs sortirent des pancartes qui dénonçaient le traitement que leur infligeait le proviseur. Ils dénonçaient le chantage à la performance et le dénigrement du travail de l'équipe pédagogique. Le proviseur parut étonné et leur demanda de ranger les cartons qu'ils agitaient. Un brouhaha s'empara de la salle.


Bien, je suspend la séance jusqu'à ce que tout le monde reprenne son calme.

Thomas se tourna vers son camarade qui l'interpellait en chuchotant.

Alors on va le faire ? Tu es sûr ?

Thomas se contenta d'acquiescer et garda son calme de manière à ne rien laisser transparaitre. Personne n'était au courant ici dans la salle, sauf peut-être deux ou trois profs adeptes des réseaux sociaux qui lui avaient d'ores et déjà adressé un clin d’œil discret mais appuyé.

Au bout d'une dizaine de minutes le calme était plus ou moins revenu et on procéda alors au vote.


Qui est pour le budget ?

L'administration, des élus du centre et de la droite et un seul professeur levèrent la main. Le vote allait être serré mais cela semblait déjà joué. Le proviseur semblait néanmoins serein car il était persuadé que les élèves s'astreindraient à leur devoir implicite de garder le silence. Et si tel était le cas c'était lui qui l'emportait.

Qui est contre ?

Les professeurs, les parents et les élus de gauche levèrent la main. Le proviseur sembla satisfait.

Bien, le budget est ad...

Attendez monsieur, les élèves votent contre ! déclara Thomas en levant la main, accompagné des quatre autres élèves. Nous soutenons les parents et les professeurs qui condamnent la pression qui est appliquée sur l'équipe enseignante. Nous en tant qu'élèves nous ne pouvons plus accepter de nous voir rabaissés par l'administration du lycée sous couvert de prétendus mauvais résultats pédagogiques alors que nous restons l'un des meilleurs lycées de la province.

La stupéfaction était totale et personne n'osa briser le silence pendant une quinzaine de secondes.

Euh... bien... le budget annuel est rejeté... Mais je ne comprend pas cette cabale contre moi. Lâcha le proviseur d'un ton agacé.

Ne faites pas semblant ! Hurla un professeur qui se leva en bousculant la table. Son collègue de gauche tenta de le calmer et de le faire rasseoir. Cela fait des semaines que nous nous plaignons des conditions dans lesquelles vous nous mettez. On a déjà deux collègues qui sont en arrêt pour cause de burn-out, DEUX ! Maintenant vous n'avez que ce que vous méritez, démissionnez !

Un nouveau brouhaha enveloppa la salle tandis que le professeur accompagné de ses collègues quittait la salle.

J'espère que vous savez ce qu'implique un tel vote mesdames et messieurs ? Le Conseil sera reconvoqué en urgence dans trois jours et si l'impasse persiste je prendrai les dispositions nécessaires pour sanctionner ce blocage inacceptable en faisant appel à la Province.

La séance était donc levée de facto et la salle se vida peu à peu. Thomas se sentait plutôt mal mais fier d'avoir eu un aplomb inébranlable. On vint le féliciter pour sa franchise et son courage.
Le proviseur leur adressa un regard noir et s'approcha de lui.


Une vermine socialiste, comme votre père.

Il quitta la salle d'un pas rageur. Thomas se dirigea vers Mme Honagga, sa professeur de maths qui était aussi membre du conseil d'administration.

Bravo Thomas, quel courage ! Mais la pression sera probablement lourde parce qu'ils vont jouer sur ton statut de fils de ministre fédéral pour te faire craquer la prochaine fois. Ne cède pas et si tu as besoin de moi viens me voir !

Thomas répondit par un sourire timide puis sortit de la salle avec sa professeur de mathématiques.


Avatar du membre
Thomas Citron
Messages : 24
Enregistré le : 26 sept. 2017, 22:49

Re: Lycée Hugo Solerne

30 sept. 2017, 12:21

La salle était bondée d'élève venus assister à la réunion pour décider des actions à effectuer pour s'opposer au proviseur. Thomas s'était retrouvé propulsé chef de la contestation des élèves par la force des choses et c'était à lui d'impulser le mouvement.
L'ambiance dans l'établissement était tendue et le proviseur restait enfermé dans son bureau avec les portes de l'administration verrouillées.


Bien, commença Thomas, il va nous falloir décider de ce que l'on va faire. Nous devons nous faire entendre car nous en avons assez d'être rabaissés et notre travail dénigré. Demain aura lieu la réunion d'urgence, d'ici là nous pouvons anticiper. Nous allons trouver des idées d'action.

Chacun commença à parler à son voisin pour trouver une solution puis un groupe d'élève scanda: Bloquons le lycée ! Faisons grève !.

Si la plupart se rallia à cette idée, une frange non négligeable n'était pas convaincue par une telle solution. Thomas n'était pas de ceux-là.

J'y suis favorable, lâcha-t-il.

L'un des délégués élève au conseil d'administration qui était en dernière année adressa ses protestations au leader de la contestation:

Je refuse qu'on aille dans cette direction. A ce jeu-là on va se faire discréditer. Il faut attendre l'issue de la réunion d'urgence de demain. Sois un peu plus mature Thomas, tu vas dans la mauvaise direction.

Le contestataire se fit copieusement huer: Traître ! Couille molle ! Pauvre con !

Thomas n'étant pas décidé à se laisser faire garda son aplomb et fut tout aussi virulent: Nous n'avons pas besoin de gens qui viennent nous diviser et étaler leur couardise. Si tu veux voter demain avec le proviseur et ses larbins vas-y mais ne t'étonne pas si tu deviens la risée du lycée. Maintenant prend la porte et dégage !

Très bien, j'espère que tu ne regrettera pas tes actes, monsieur le fils du ministre ! lui rétorqua-t-il droit dans les yeux.

Le pauvre dissident quitta la salle avec près du tiers des élèves présent qui ne se reconnaissaient plus dans le mouvement d'opposition au proviseur.


Avatar du membre
Thomas Citron
Messages : 24
Enregistré le : 26 sept. 2017, 22:49

Re: Lycée Hugo Solerne

30 sept. 2017, 19:55

L'appel au blocage du lycée avait été entendu:

Image

Les cours n'avaient pas pu se tenir dans la journée en raison de l'accès impossible au lycée. Les lycéens qui ne participaient pas au conflit étaient rentré chez eux après avoir tenté de forcer le passage. On avait dénombré un blessé léger.
Du côté des professeurs, on se gardait bien de donner un avis et de se tenir aux côtés des lycéens en colère. Toute la journée s'étaient tenu des prises de parole devant les lycéens rassemblés.


A bas le proviseur !
Solerne en colère !
Instruits pas débiles !


Thomas se tenait à proximité des barrages et dirigeait les opérations. Il avait eu un entretien bref avec le proviseur qui avait menacé de faire intervenir la police dans l'établissement. Néanmoins, les lycéens rebelles avaient promis de laisser entrer les membres du conseil d'administration à la réunion d'urgence qui devait se tenir. Soucieux de dégonfler le conflit, le proviseur avait fait une concession et promis de ne pas demander d'intervention tant que la réunion ne se serait pas déroulée.

Image

A la réception du SMS de son père, il l'avait purement et simplement supprimé. Il n'avait cure de ses injonctions et refusait de jouer l'enfant modèle juste parce que son père était ministre. On ne lui volerait pas sa liberté d'agir !
Quant à l'arrêté municipal, il avait argué que c'était au proviseur de demander l'intervention de la police dans l'établissement et non au maire.


Je sors du bureau du proviseur, tant que vous restez dans l'enceinte de l'établissement vous ne risquez rien, tant que le proviseur ne demande pas à la police d'intervenir, nous ne risquons rien. Comme nous garantirons le bon déroulement de la réunion d'urgence en laissant les membres entrer, il ne fera rien d'ici là !

La foule d'élève explosa de joie et applaudit et se mit à siffler le maire.

A bas le maire !

Après un moment d'hésitation, Thomas se joignit finalement à eux.


Avatar du membre
Julien Citron
Localisation : Etchegorda
Messages : 1425
Enregistré le : 07 juin 2017, 15:36

Re: Lycée Hugo Solerne

30 sept. 2017, 20:39

Un agent municipal alla porter un courrier aux manifestants:
Ordre d'évacuation

Le maire décrète l'évacuation immédiate des abords du lycée. La police se tient prête à intervenir sur ordre du maire afin de rétablir l'ordre. Les manifestants sont tenus de se disperser immédiatement. Le Gouverneur a de plus dépêché des forces provinciales qui sont actuellement en route pour Etchegorda pour une intervention programmée le 2 octobre.

Le maire


ex-Président de la Province de Catalogne

Vice-Président de l'Université de Casarastra

Avatar du membre
Julien Citron
Localisation : Etchegorda
Messages : 1425
Enregistré le : 07 juin 2017, 15:36

Re: Lycée Hugo Solerne

30 sept. 2017, 21:56

Julien qui avait reçu une sommation du gouverneur de la province était décidé à agir et à ramener son fils à la raison. Il se pointa devant le lycée avec son service de sécurité ministériel qui devait le suivre partout où il allait. Les policiers étaient disposés autour du lycée, prêts à intervenir. Avant d'ordonner un passage à l'acte, étroitement encadré, Julien entra dans l'enceinte du lycée. Des élèves qui le virent arriver s'empressèrent de s'écarter et lui ouvrir la voie. Le maire affichait un visage renfrogné, d'autant plus que le hall de sa mairie avait été saccagé plus tôt dans la journée.

Où est mon fils ? beugla-t-il à ses agents.

Il le vit au pied du barrage qui bloquait la porte d'entrée principale et pressa le pas en sa direction. Un fois arrivé à sa hauteur il lui saisit le bras et le traîna vers la sortie du lycée. Il se retourna vers les lycéens en insurrection.


Rentrez chez vous avant que les hommes du Gouverneur viennent vous massacrer ! Dans trente minutes j'ordonne à la police municipale d'intervenir et on dressera ensemble des PV à l'adresse de vos parents quand vous serez en garde à vue !

Le message semblait être passé et une majeure partie des lycéens commença à lever le camp. Julien se tourna vers son fils et lui adressa une gifle.

Ça c'est pour avoir ignoré mon SMS ! Maintenant on sort de là et on va à la maison.

Tandis que le lycée se vidait peu à peu, Julien approcha son fils de sa voiture de fonction et le fit asseoir à l'arrière de la voiture avant de claquer la portière. Il se tourna vers le chef de la police municipale.

Je m'en vais, s'il reste encore des lycéens à l'intérieur qui bloquent dans 20 minutes, vous pouvez intervenir et les mettre en état d'arrestation.

Le chef de la police acquiesça et Julien monta aussi à l'arrière de sa voiture de fonction. Il était temps de s'expliquer avec son fils.


ex-Président de la Province de Catalogne

Vice-Président de l'Université de Casarastra

Avatar du membre
Julien Citron
Localisation : Etchegorda
Messages : 1425
Enregistré le : 07 juin 2017, 15:36

Re: Lycée Hugo Solerne

30 sept. 2017, 22:44

Tandis que le maire était parti avec son fils et que le lycée s'était en partie vidée, un groupe d'une quarantaine de lycéen refusait de quitter le lycée. Malgré les sommations de la police, personne ne bougea, ce qui obligea les forces de l'ordre à intervenir.
► Afficher le texte
Si une partie gagna la sortie au plus vite en les voyant charger, quelques-uns décidèrent de rester sur leur barricade de fortune. La police lâcha des coups de matraques et coucha des lycéens au sol pour les menotter. Au bout de cinq minutes, le parvis du lycée était vide et on dénombrait quelques blessés légers. Les lycéens arrêtés furent installés dans les fourgons de la police municipale pour être conduits au commissariat pour une garde à vue.


ex-Président de la Province de Catalogne

Vice-Président de l'Université de Casarastra

Avatar du membre
Thomas Citron
Messages : 24
Enregistré le : 26 sept. 2017, 22:49

Re: Lycée Hugo Solerne

01 oct. 2017, 18:13

Le conseil disciplinaire devait se tenir et statuer sur le cas de 36 élèves dont le sien qui serait traité à part en raison de son statut de meneur. Sa présence était requise pour s'expliquer. Lorsque ce fut son tour on lui demanda d'entrer et de s'asseoir à une table devant le jury composé de professeurs, d'élèves et de membres de l'administration. Ironie du sort, l'un des élèves était celui qui s'était opposé à lui devant les autres élèves.

Monsieur Citron, vous êtes convoqué en conseil de discipline pour avoir organisé le blocage du lycée. Cet acte viole non seulement le règlement intérieur du lycée mais aussi la loi, vous n'êtes pas sans le savoir. Dans notre cas nous relevons du règlement intérieur et nous laisserons la justice se saisir du dossier.
Nous requérons donc une exclusion définitive vous concernant. Avez-vous quelque chose à ajouter ?


Thomas ne leva pas le regard vers le jury.

Non.

Bien, monsieur Thomas Citron, au nom du conseil de discipline, je prononce votre exclusion définitive du lycée Thomas Solerne d'Etchegorda. Comme vous n'avez que 16 ans et que la scolarité obligatoire s'achève à 17 ans en Catalogne, vous serez transféré dans un autre lycée de la ville. Vous pouvez décider de contester la décision auprès du tribunal administratif mais je ne vous cache pas que les chances de nous voir déboutés sont nulles.
La décision prend effet dès maintenant.


On raccompagna Thomas en-dehors de la salle puis on le conduisit hors du lycée.


Avatar du membre
Paolo Valbonesi
Electeur
Localisation : Casarastra, Catalogne
Messages : 468
Enregistré le : 17 juin 2017, 13:33

Re: Lycée Hugo Solerne

01 oct. 2017, 19:40

Comme annoncé, le gouverneur Paolo Valbonesi venait d’arriver à Etchegorda en début de soirée pour superviser le déploiement des policiers territoriaux autour du lycée Hugo Solerne ainsi qu’aux abords de l’Hôtel de Ville. Le commandant de la Police Territoriale de Catalogne était également sur les lieux avec le gouverneur et le chef des pompiers d'Etchegorda. Une foule de journalistes était également présente pour couvrir les évènements et les affrontements éventuels entre la police et les militants antifas. Le maire d’Etchegorda Julien Citron était attendu pour s’entretenir avec le gouverneur sur la situation actuelle dans sa ville. Pendant ce temps, le staff de Paolo venait de passer une commande de pizzas pour les équipes et les journalistes présents sur place. La nuit s’annonçait longue.



Jeune retraité de la vie publique

Ancien Gouverneur de Catalogne
Ancien Maire de Casarastra

Avatar du membre
Julien Citron
Localisation : Etchegorda
Messages : 1425
Enregistré le : 07 juin 2017, 15:36

Re: Lycée Hugo Solerne

01 oct. 2017, 22:46

Julien avait décidé de prendre congé de son ministère et de se replier à Etchegorda pour gérer la situation. Il était désemparé face à l'évolution de la situation mais faisait le nécessaire pour garder son sang-froid. Depuis que son fils avait annoncé vouloir rejoindre les antifascistes, il n'avait pas réussi à le joindre. Il était inquiet et avait demandé à quelques-un de ses agents de protection de se mettre à sa recherche.
Il prenait la direction du lycée pour rejoindre le Gouverneur qui voulait s'entretenir avec lui et emportait dans son sillage la police municipale. La présence d'Alternative Antifasciste n'était pas pour le rassurer et il craignait des débordements encore plus violents que la veille. Il essaierait de faire le nécessaire pour convaincre le Gouverneur de ne pas employer la force et de privilégier le dialogue en premier.

La voiture de fonction se gara à une centaine de mètres du lycée. Ses gardes du corps prirent place autour de lui et l'encadrèrent. Il demanda à la police municipale de rester en retrait mais de bien marquer leur présence pour dissuader ceux qui seraient tentés de se joindre à la fête.

Nous ne voulons pas d'une nuit de violence, ne l'oubliez pas. Il faut empêcher des antifascistes supplémentaires de rejoindre le mouvement.

Le ministre entama sa marche vers le Gouverneur qui supervisait les opérations. La police catalane lui ouvrit le passage jusqu'à Paolo Valbonesi. Lorsqu'il se retrouva devant lui, Julien lui serra la main.


Bonsoir monsieur le Gouverneur, je suis vraiment navré de la situation et je ne tiens absolument pas à ce que cela dégénère en heurts violents. Ni vous ni moi n'avons besoin de donner à voir de telles images. Hier je suis parvenu à faire lever le blocus par la police municipale au prix de quelques blessés. Nous n'en voulons pas de supplémentaires et je vous demande de privilégier la piste des négociations avant d'utiliser la force.


ex-Président de la Province de Catalogne

Vice-Président de l'Université de Casarastra

Retourner vers « Etchegorda »