Nous sommes sous la Xème législature. Période de jeu : 01/10/099 au 31/12/100.
Bienvenue en Frôce !

Image

Une pilule pour oublier le trauma des attentats ?

Avatar du membre
Anaïs Bérenger
Messages : 101
Enregistré le : 15 juil. 2017, 03:03

Une pilule pour oublier le trauma des attentats ?

15 sept. 2017, 15:25



Je découvre ça. Je vais me renseigner un peu plus mais ça m'étonne déjà de voir Elise Lucet faire la promo de ce genre de pilules "magiques". Si administrer une substance chimique peut servir à compenser, corriger, atténuer, réguler (ce que vous voulez) un trouble de nature mentale, je crois pas vraiment aux comprimés miracles...

Bref, et comme on en connait tous un dont c'est le sujet, Dodo à toi la parole ! :P


Anaïs Weil-Bérenger

Ministre fédérale de la Protection sociale
Maire d'Esperanto
Indépendante sans étiquette
Ancienne Première Camarade du Mouvement des Amis de la République et de la Révolution.
Avatar du membre
Caroline di Savoia-Carignano
Directrice de l'Agence Anti-Corruption
Messages : 660
Enregistré le : 13 mai 2017, 18:40

Re: Une pilule pour oublier le trauma des attentats ?

15 sept. 2017, 20:24

Je suis pas spécialiste mais prenant en continu des benzodiazépines, j'ai du mal à croire à ça...


Avatar du membre
Alba Vittorini
Messages : 468
Enregistré le : 18 mai 2017, 14:56

Re: Une pilule pour oublier le trauma des attentats ?

15 sept. 2017, 21:03

On en parlait à le relève de 14h, tiens.

Si je ne me trompe pas, on parle plus d'une "méthode" que d'un produit miracle...

Concernant le produit, il s'agit en fait du propanolol, qui n'est pas du tout un psychotrope, mais un bêta-bloquant (donc à visée initiale cardiaque). L'objectif du traitement initial est de provoquer une hypotension et une bradycardie.

Dans certaines prises en charge psychique non médicamenteuse (psychothérapie), il est possible de faire revivre l'événement traumatisant en cas de Syndrome de SPT, dans le but de déculpabiliser et détacher la personne de son vécu traumatique. Ce détachement pratiqué régulièrement va permettre limité la réapparition inconsciente du stress.

Je comprends alors l'intérêt du Propanolol pris à distance utile des consultations psychothérapiques concernées, afin d'avoir un patient plus calme et posé, qui combat plus facilement le stress lié à l'événement.

Par contre, c'est pas une pilule qui aide à oublier les traumas, mais plutôt une pilule qui aide à surmonter le stress lors des séances de revivance du trauma, et qui va donc permettre d'effacer le souvenir d'anxiété lié au trauma. Mais sûrement pas le trauma...


Directrice Générale de Asclépios - Société leader de la Santé en Frôce
Ex-Chancelière Suprême
Juge à la Cour Suprême

Avatar du membre
Anaïs Bérenger
Messages : 101
Enregistré le : 15 juil. 2017, 03:03

Re: Une pilule pour oublier le trauma des attentats ?

15 sept. 2017, 23:43

Merci d'avoir réagi au topic parce que je trouve ta réponse très intéressante. ;)

Effectivement ce n'est pas un remède miracle et les intervenants ont tenu à rester prudents sur ce point. Le comprimé agit sur le corps pour bloquer les réactions physiques et psychiques dus au souvenir du choc afin de faciliter le soin au niveau psycho-thérapeutique.

Du coup après réflexion sur ce sujet que je viens à peine de découvrir, je comprends mieux l'usage chimique qui, combiné à des séances, permet de libérer le patient des conséquences de son anxiété pour mieux y faire face.

Je vois plus le bêta-bloquant comme un moyen d'accompagner le sujet, une sorte de béquille, pour l'aider à faire face au trauma, que comme un simple remède-miracle. En soi c'est déjà un progrès remarquable.


Anaïs Weil-Bérenger

Ministre fédérale de la Protection sociale
Maire d'Esperanto
Indépendante sans étiquette
Ancienne Première Camarade du Mouvement des Amis de la République et de la Révolution.

Retourner vers « Open Bar »